John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

L'hyperdivergence est-elle une contre-indication dans le traitement précoce des classes II ? Volume 79, numéro 4, Décembre 2008

Auteurs
1 Département d'Orthopédie Dento-Faciale, Faculté
d'Odontologie, rue Guillaume Paradin, 69372 Lyon Cedex 08, France
2
Département d'Information Médicale des Hospices Civils de
Lyon, 162 avenue Lacassagne, 69424 Lyon Cedex 03, France
* schauty@club-internet.fr

L'hyperdivergence, en favorisant un schéma de rotation postérieure, est considérée comme ayant des effets secondaires sur la croissance sagittale. Pour cette raison, elle apparaît souvent comme une contre-indication aux traitements précoces. L'objectif de cette cohorte rétrospective était d'évaluer si le traitement précoce des enfants présentant une malocclusion de classe II permettait d'obtenir une correction sagittale aussi importante sur les patients hyperdivergents que sur les sujets sans anomalie du sens vertical. Cette étude a été menée sur 123 sujets (110 mois en moyenne) présentant une classe II, division 1 : 34 enfants avec une anomalie du sens vertical et 74 enfants sans anomalie du sens vertical, les deux catégories traitées par Distal Active Concept (DAC), et 15 enfants non traités présentant une anomalie du sens vertical. Les données ont été collectées au début de l'étude ($t_{1})$, après le traitement actif ($t_{1'})$ et 29 mois après $t_{1 }$($t_{2})$. Une analyse de Pancherz a été réalisée sur les téléradiographies de profil. Les différences ont été évaluées par t-test. Les résultats montrent que le DAC est un dispositif orthopédique indiqué pour obtenir une correction des classes II squelettiques sagittales par la croissance mandibulaire sans augmentation de la dimension verticale.