John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Étude des relations entre la morphologie cranio-faciale et l’occlusion en denture temporaire : remodelages occipitaux et singularités basicrâniennes déterminantes pour l’occlusion Volume 84, numéro 1, 85e réunion scientifique de la S.F.O.D.F.

Auteurs
* Auteur pour correspondance : mj.deshayes@wanadoo.fr

Avant toute action ou interception précoce, chez un enfant en denture temporaire, il nous paraît indispensable d’analyser de plus près certains éléments structuraux de la base crânienne de l’enfant. Pour formaliser les indications majeures d’une réelle prise en charge orthopédique, ou seulement intercepter les dysfonctions avec des appareils fonctionnels plus simples, il faut donc au préalable pouvoir classer la dysharmonie de l’enfant, squelettique et/ou dysfonctionnelle. Pour faire face à ces contraintes diagnostiques, un groupe de 243 enfants en denture temporaire a été examiné. Notre expertise clinique a permis de sélectionner des mesures céphalométriques supposées en lien avec le type de dysharmonie squelettique (à partir de repères osseux crâniens et faciaux localisés sur les téléradiographies numériques de profil). La classification occlusale a pris en compte des critères occlusaux et observé la fonction masticatoire. Les résultats statistiques (méthode experte de variables céphalométriques) montrent qu’en denture temporaire certaines architectures crâniennes privilégient un certain équilibre occlusal. Nous voyons que l’amplitude de flexion basicrânienne (ou l’angle sphénoïdal) est sous l’influence du remodelage de l’occipital : le processus de flexion ontogénique de la base et l’amplitude de fermeture de l’angle sphénoïdal dépendent essentiellement du remodelage de l’os occipital selon trois modes principaux. Des corrélations sont visibles entre ces groupes et la morphologie faciale, l’avancée ou le recul du menton. La déduction clinique importante est que la fonction masticatoire en denture temporaire s’organise selon les contraintes architecturales issues du remodelage basicrânien; l’impact des dysfonctions serait certes tributaire de la dysfonction elle-même mais aussi des singularités architecturales de la base crânienne.