John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Erreurs de positionnement des boîtiers et solutions disponibles. Une revue de la littérature Volume 92, numéro 4, Décembre 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9
  • Figure 10
  • Figure 11
  • Figure 12

Tableaux

Auteurs
1 Département d’orthodontie, Faculté d’Odontologie, rue Guillaume Paradin, 69372 Lyon cedex 08, France
2 Unité Fonctionnelle d’Orthopédie Dento-Faciale, Centre de Traitements Dentaires, Hospices Civils de Lyon, 6-8 place Depéret, 69365 Lyon cedex 03, France
* Correspondance

Introduction

Avec les nombreuses innovations, le collage au sens de positionnement des boîtiers ne cesse de se réinventer. Nous avons donc voulu définir ce qu’était un bon collage et comment y parvenir, à la fois par l’identification de facteurs d’erreurs et par l’évaluation des aides au collage disponibles actuellement.

Matériel et méthode

Nous avons réalisé la synthèse de 65 études comparatives issues de PubMed.

Résultats

Les variations inter-individuelles de morphologies dentaires sont plus grandes que les différences de prescriptions disponibles des boîtiers. Le collage de Tweed à hauteurs constantes altère le nivellement des crêtes marginales des dents postérieures. La jauge améliore le positionnement vertical des boîtiers, quelle que soit l’expérience du praticien. Le recul clinique disponible ne permet pas de conclure à un gain d’efficacité des techniques individualisées.

Discussion

Les prescriptions de Mc Laughlin et Bennett semblent plus esthétiques que celles d’Andrews pour les dents antérieures. L’intérêt du collage indirect n’est pas évident. L’individualisation est nécessaire en technique linguale, mais ne permet pas en vestibulaire d’obtenir de meilleurs résultats comparée aux techniques conventionnelles. Des évolutions sont à attendre avec la modélisation de la réponse biologique individuelle au mouvement dentaire provoqué.

Conclusion

Si l’assistance numérique est prometteuse, elle ne se substitue pas à l’expertise de l’orthodontiste.