John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Échec dans la réhabilitation antérieure en cas d’agénésies des incisives latérales maxillaires Volume 87, numéro 1, 88e réunion scientifique de la S.F.O.D.F., Marseille, 13–14 mai 2016

Auteurs
* Auteur pour correspondance : msjlegall@aol.com

L’agénésie des incisives latérales maxillaires pose des problèmes particuliers pour les dentistes, les orthodontistes et les patients. Le traitement de ces agénésies fait encore l’objet de nombreuses polémiques, tant sur le plan fonctionnel qu’esthétique. Sourire et guidance antérieure du patient sont affectés. Ils doivent être rétablis. Le diagnostic est facile et ne prête pas à confusion. La décision thérapeutique, quant à elle, est beaucoup plus complexe. Même si cette décision ne repose que sur deux solutions parfaitement distinctes : la fermeture de l’espace laissé par l’agénésie ou l’ouverture de cet espace et le remplacement prothétique de la dent manquante. Ce choix se fera grâce à de multiples facteurs...à l’origine des nombreuses erreurs d’appréciation. En effet, la recherche du résultat optimal ne pourra se faire que s’il y a une excellente coordination entre différents intervenants de plusieurs spécialités. Chaque clinicien aura un rôle spécifique à jouer. Aussi, le patient et sa famille se trouvent au cœur de la décision, tant dans leur consentement (durée du traitement, possibilités financières) que dans leur motivation. C’est cette décision multifactorielle, pluridisciplinaire qui fait que le traitement de l’agénésie de l’incisive latérale est un défi permanent pour le clinicien à la recherche du meilleur résultat possible. Chaque cas est différent. Établir des règles est impossible. Aucun facteur ne peut être négligé pour éviter « l’erreur ».