John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Bisphosphonates : conduite à tenir en orthodontie Volume 93, numéro 4, Décembre 2022

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

  • Figure 4

  • Figure 5

  • Figure 6

  • Figure 7

  • Figure 8

Tableaux

Auteurs
1 Unité Fonctionnelle d’Orthopédie Dento-Faciale, Centre de Traitements Dentaires, Hospices Civils de Lyon, 6-8 place Depéret, 69365 Lyon Cedex 03, France
2 Faculté d’Odontologie, Université Claude Bernard Lyon 1, 11 rue Guillaume Paradin, 69372 Lyon Cedex 08, France
3 Correspondance : schauty@gmail.com

Introduction

Indiqués essentiellement dans le traitement de l’ostéoporose et en oncologie, les bisphosphonates se lient à l’os et inhibent l’action des ostéoclastes, entraînent une diminution du remodelage osseux et inhibent donc le déplacement dentaire. L’objectif principal de cet article était de présenter, via une revue de littérature, les indications et les modalités thérapeutiques orthodontiques pour les patients sous ou ayant été sous bisphosphonates. L’objectif secondaire était de proposer un organigramme décisionnel de prise en charge.

Matériels et méthodes

La recherche a été faite par mots-clés sur PubMed.

Résultats

Au total, 189 articles ont été trouvés, majoritairement des rapports de cas. On peut en déduire : 1) Un traitement par voie intraveineuse en cours est une contre-indication au traitement ODF. 2) En per os, le traitement est possible avec des précautions : se mettre d’accord avec le médecin prescripteur, éviter les gros déplacements, éviter les gestes chirurgicaux (avulsions…) qui doivent être le plus atraumatiques possibles. Un retard de cicatrisation est à prévoir. Le rapport bénéfice/risque doit être pesé. Les risques – dont le patient doit être informé – sont le ralentissement de déplacement et l’ostéonécrose. Un suivi clinique et radiologique est nécessaire et peut justifier à tout moment une réévaluation du traitement : mobilité excessive des dents, atteinte de la furcation des molaires, douleurs et symptômes parodontaux inhabituellement persistants, fistules, zones exposées d’os nécrotique.

Discussion

Les articles sont de faible grade. La majorité des articles sont des études sur l’animal.

Conclusion

Des recherches sont en cours pour évaluer l’intérêt des bisphosphonates en renfort d’ancrage.