John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

À la recherche d’un équilibre dans les décisions thérapeutiques. L’exemple du traitement des malocclusions de classe II chez l’enfant et l’adolescent Volume 87, numéro 4, 89e réunion scientifique SFODF Biarritz 2017 - première partie

Auteur
* Auteur pour correspondance : amatphilippe@outlook.com

Introduction : La prise de décisions thérapeutiques est par essence le cœur de notre activité et son aspect le plus médical. L’histoire de l’orthodontie est jalonnée de multiples débats d’idées, de confrontations entre philosophies de traitement opposées, dont les auteurs ambitionnent, tous, l’atteinte d’un équilibre, gage d’un optimum thérapeutique pour leurs patients. Parmi la profusion des données publiées, quels éléments pouvons-nous retenir pour prendre des décisions thérapeutiques équilibrées dans notre exercice quotidien, et comment pouvons-nous garder notre sérénité face à l’incertitude et la solitude de la décision thérapeutique ? Matériels et méthodes : L’orthodontie fondée sur les faits est une démarche d’aide à la prise de décisions cliniques. Ses principaux éléments sont décrits en prenant pour exemple le traitement des malocclusions de classe II chez l’enfant et l’adolescent, et sont illustrés de quatre cas cliniques. Résultats : La recherche des meilleures données pré-évaluées sur les traitements en deux phases montre que : (1) une diminution significative de la prévalence des traumatismes incisifs est observée lorsqu’un surplomb incisif augmenté est corrigé par une première phase de traitement chez l’enfant, comparativement à un traitement mené en une seule phase au début de l’adolescence; (2) les effets à long terme d’une première phase de traitement sur la quantité de croissance mandibulaire sont, au mieux, faibles et cliniquement non significatifs. Discussion : L’approche fondée sur les faits, particulièrement lorsqu’elle est pratiquée en mode usager, nous aide à prendre des décisions cliniques plus équilibrées. Pour autant, l’article souligne le rôle déterminant du clinicien et le double risque d’une réduction de la démarche factuelle à un simple standard de soins, ce qu’elle n’est pas, et à l’assujettissement de la prise en charge des actes de soins à une stricte application clinique des données de la littérature.