John Libbey Eurotext

Revue de neuropsychologie

Théorie de l’esprit et maladies neurodégénératives corticales : profils de déficits et conséquences fonctionnelles Volume 9, numéro 3, Juillet-Août-Septembre 2017

Tableaux

Auteurs
1 Université d’Angers, LUNAM université, Laboratoire de psychologie des Pays de la Loire (UPRES EA 4638), 11, bd Lavoisier, 49045 Angers, France
2 CHU d’Angers, Service de neurologie, Unité de neuropsychologie, 4, rue Larrey, 49933 Angers, France
3 Centre hospitalier Victor-Dupouy, Pôle de gériatrie, Unité ambulatoire de gériatrie, 69, rue du Lt-Colonel-Prudhon, 95100 Argenteuil, France
* Correspondance
  • Mots-clés : théorie de l’esprit, maladies neurodégénératives corticales, comportement, interactions sociales
  • DOI : 10.1684/nrp.2017.0428
  • Page(s) : 163-77
  • Année de parution : 2017

La théorie de l’esprit (theory of mind [TOM]) désigne la capacité à attribuer des états mentaux à nos congénères, et à prédire et interpréter leurs comportements sur la base de ces contenus psychologiques. L’étude de la TOM dans les maladies neurodégénératives fait l’objet d’un nombre croissant de travaux depuis une quinzaine d’années. L’analyse des capacités de TOM présente en effet de multiples intérêts dans le cadre de ces maladies. Leurs substrats cérébraux impliquent fréquemment, mais de manière différenciée selon les étiologies, les structures du cerveau social. De plus, ces pathologies engendrent des perturbations sociocomportementales. Cet article propose une revue des études sur les capacités de TOM dans les maladies neurodégénératives corticales, en s’attachant à mettre en avant les différents profils de troubles de la TOM et les liens avec le fonctionnement cognitif général et les troubles comportementaux.