John Libbey Eurotext

Revue de neuropsychologie

Prise en charge neuropsychologique des patients bénéficiant d’une stimulation cérébrale profonde en neurologie et en psychiatrie : vers une approche individualisée et intégrative Volume 8, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2016

Auteur
1 Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Éducation,
Faculté de Genève
40, boulevard du Pont-d’Arve,
1205 Genève, Suisse
2 Centre inter-facultaire en Sciences affectives,
Université de Genève,
Genève,
Suisse
* Correspondance
  • Mots-clés : fardeau de la normalité, maladie de Parkinson, noyaux gris centraux, stimulation cérébrale profonde, troubles obsessionnels compulsifs
  • DOI : 10.1684/nrp.2016.0368
  • Page(s) : 16-24
  • Année de parution : 2016

La prise en charge neuropsychologique des patients bénéficiant d’une stimulation cérébrale profonde (SCP) a pour but de déterminer si le patient répond aux critères d’inclusion en préopératoire et d’identifier les éventuels effets indésirables postopératoires. Les travaux récents mettent en évidence le caractère plurifactoriel de ces effets secondaires. Ainsi, l’organisation anatomo-fonctionnelle des structures cibles, l’hétérogénéité des symptômes au sein d’une même catégorie diagnostique, la personnalité ou encore les attentes des patients et de leurs familles vis-à-vis de la chirurgie sont autant de facteurs qui impactent de manière différentielle sur le devenir postopératoire. Dans ce contexte, après avoir présenté la prise en charge par SCP et ses dernières innovations, l’objectif de cet article va consister à exposer les différents domaines à investiguer lors de la prise en charge neuropsychologique entourant la SCP. Cet article présente ainsi les méthodes à la disposition des neuropsychologues pour orienter au mieux le patient et sa famille durant toutes les phases thérapeutiques mais également pour identifier les facteurs de vulnérabilité préopératoires. La prise en charge neuropsychologique des patients bénéficiant d’une SCP devrait consister en une approche intégrative, prenant en compte le niveau neuronal et cognitivo-comportemental, mais également psychologique et environnemental, dans une démarche individualisée, adaptée à chaque patient.