John Libbey Eurotext

Revue de neuropsychologie

MENU

Les fonctions exécutives chez l’enfant : approche épistémologique et sémiologie clinique Volume 4, numéro 4, Décembre 2012

Auteurs
Universités Angers-Nantes, faculté des lettres, langues et sciences humaines, laboratoire de psychologie des Pays de Loire, LUNAM, EA4638, Processus de pensée et contextes, 11, boulevard Lavoisier, 49045 Angers cedex 01, France, CHU de Nantes, hôpital Mère-Enfant, Centre référent du langage, unité pédiatrique des troubles d’apprentissage, Nantes, France, CHU de Nantes, Centre de compétence nantais de neurofibromatose, Nantes, France, CHU d’Angers, département de neurologie, unité de neuropsychologie, Angers, France, Université de Savoie, laboratoire interuniversitaire de psychologie, Chambéry, France

Au cours des 25 dernières années, des arguments croissants ont conduit à favoriser l’idée selon laquelle les perturbations des fonctions exécutives (FE) sont fréquentes en neuropsychologie de l’enfant. Les enjeux cliniques sont considérables, compte tenu du rôle essentiel du développement de ces processus pour les apprentissages, la régulation du comportement et l’intégration des connaissances sociales. Cet article propose, dans une première partie, une réflexion épistémologique sur les FE chez l’enfant, en regard des différents facteurs inhérents à leur étude dans cette population, et dont la complexité et l’intrication expliquent une émergence tardive des travaux. La dynamique développementale, l’absence de consensus théorique, les difficultés de l’évaluation et la notion de plasticité précoce associée à une lecture clinique délicate sont discutées, facteurs déterminants pour appréhender la spécificité de l’approche clinique des FE de l’enfant. Celle-ci est développée dans la seconde partie, qui revient sur l’émergence de la notion de vulnérabilité précoce des réseaux fronto-sous-corticaux en charge des FE, avant d’exposer la symptomatologie clinique qui se dégage de leur atteinte dans les pathologies acquises et neurodéveloppementales. Sur la base des études de groupe et de cas menées dans ces contextes, une synthèse des particularités qui contribuent à fonder une sémiologie dysexécutive propre à l’enfant est envisagée.