John Libbey Eurotext

Revue de neuropsychologie

MENU

Les apraxies : synthèse et nouvelles perspectives Volume 4, numéro 3, Juillet-Août-Septembre 2012

Auteurs
Laboratoire de psychologie des Pays de la Loire (EA 4638), UNAM, université d’Angers, Maison des sciences humaines, 5 bis, boulevard Lavoisier, 49045 Angers Cedex 01, France, Unité de neuropsychologie, département de neurologie, centre hospitalier universitaire d’Angers, France, Laboratoire d’étude des mécanismes cognitifs (EA 3082), université Lumière Lyon 2, France

L’étude de l’apraxie a été, et est toujours, sujette à un débat intense, notamment en ce qui concerne l’autonomie du trouble par rapport aux déficits sensorimoteurs élémentaires et aux déficits cognitifs de plus haut niveau. Ces controverses conduisent généralement les cliniciens à s’interroger sur la bonne façon d’évaluer et d’interpréter les phénomènes apraxiques. Dans cet article, nous proposons une lecture des troubles qui s’inspire des développements les plus récents effectués dans le domaine. Après quelques rappels historiques utiles à la compréhension des modèles cognitivistes qui ont émergé au début des années quatre-vingt, nous discuterons l’apport d’études conduites ces quinze dernières années. Les résultats de ces travaux nous invitent à réexaminer les interprétations issues des modèles cognitifs. Par souci de clarté, nous traiterons uniquement des phénomènes apraxiques évalués lors de situations d’imitation de postures non significatives, d’utilisation effective d’outils et de production de pantomimes. Nous espérons que la discussion présentée dans cet article sera utile aux cliniciens mais aussi aux étudiants en neuropsychologie.