John Libbey Eurotext

Revue de neuropsychologie

MENU

L’apport de l’imagerie à la neuropsychologie Volume 10, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2018

Auteurs
1 GIGA-CRC in vivo imaging, Université de Liège, allée du 6-Août, 8, Quartier Agora, 4000 Liège, Belgique
2 Université de Liège,
Département de psychologie,
Unité de recherche de psychologie et de neurosciences de la cognition,
Liège,
Belgique
3 Université d’Angers,
Maison de la recherche Germaine-Tillion,
Laboratoire de psychologie des Pays de la Loire (EA 4638),
Angers,
France
* Correspondance
  • Mots-clés : neuropsychologie, neuro-imagerie, cognition
  • DOI : 10.1684/nrp.2018.0451
  • Page(s) : 28-32
  • Année de parution : 2018

La neuro-imagerie (IRM, TEP, EEG et MEG) est utilisée au sein de la communauté scientifique depuis plusieurs décennies. Outre son aspect purement médical, elle est devenue une approche complémentaire à bien des domaines, comme c’est le cas pour la neuropsychologie. Toutefois, depuis son apparition, l’apport réel de l’imagerie à la compréhension du comportement humain fait débat dans notre domaine. Afin de pouvoir permettre une réflexion commune sur la thématique, la Société de neuropsychologie de langue française (SNLF) a organisé un débat entre les professeurs Bernard Laurent (Saint-Étienne) et Martial Van der Linden (Liège et Genève). Chacun à leur tour, les deux orateurs ont exposé leur vision de l’apport de l’imagerie à la recherche ainsi qu’à la clinique en neuropsychologie avant de laisser place à une interaction avec le public. Cet article reprend les différents points abordés tout au long de ce débat ainsi que les diverses interventions.