John Libbey Eurotext

Revue de neuropsychologie

La variante frontale de la maladie d’Alzheimer Volume 9, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2017

Auteurs
Normandie Université, UniCaen,
PSL Research University,
EPHE, Inserm, U1077,
CHU de Caen,
Neuropsychologie et imagerie de la mémoire humaine,
2, rue des Rochambelles,
14032 Caen cedex CS, France
* Correspondance
  • Mots-clés : variante frontale de la maladie d’Alzheimer, diagnostic différentiel, troubles du comportement, troubles exécutifs, cognition sociale
  • DOI : 10.1684/nrp.2017.0434
  • Page(s) : 237-42
  • Année de parution : 2017

Des formes atypiques de la maladie d’Alzheimer (MA) sont décrites depuis longtemps, mais ce n’est que récemment que les variantes aphasique, frontale et visuospatiale ont été intégrées aux critères de diagnostic clinique et de recherche de la MA. Il est aujourd’hui possible d’établir, in vivo, un diagnostic de variante frontale de la MA (vf-MA) avec un haut degré de probabilité, en confrontant le profil neuropsychologique et les biomarqueurs. Toutefois, le profil neuropsychologique et comportemental des patients présentant une vf-MA est encore mal connu, menant souvent à des difficultés de diagnostic et à une confusion avec la variante comportementale des dégénérescences lobaires frontotemporales (vc-DLFT). L’évaluation de la cognition sociale semble être une piste prometteuse dans le cadre de la contribution au diagnostic différentiel entre la vf-MA, la MA et la vc-DLFT.