John Libbey Eurotext

Revue de neuropsychologie

Évaluation des aptitudes exécutives et de cognition sociale dans la violence sexuelle : une étude de cas Volume 9, numéro 3, Juillet-Août-Septembre 2017

Tableaux

Auteurs
1 Université d’Angers, Laboratoire de psychologie des Pays de la Loire (LPPL), EA 4638, 5 bis, boulevard Lavoisier, 49045 Angers, France
2 Association de recherche en criminologie appliquée, Observatoire des violences, 53, boulevard Jean-Royer, 37000 Tours, France
3 CHU d’Angers, Service de neurologie, Unité de neuropsychologie, 4, rue Larrey, 49933 Angers, France
* Correspondance
  • Mots-clés : fonctions exécutives, émotions, violence sexuelle, lobe frontal
  • DOI : 10.1684/nrp.2017.0423
  • Page(s) : 178-84
  • Année de parution : 2017

Des aptitudes exécutives et de cognition sociale efficientes sont essentielles pour le contrôle comportemental et l’adaptation à l’environnement social. Aujourd’hui, ces aptitudes sont fréquemment évaluées dans de nombreuses pathologies neurologiques et psychiatriques. Elles restent bien moins investiguées chez les auteurs de violence, même si un intérêt pour l’étude de leur fonctionnement neurocognitif se dégage depuis quelques années. Notre travail s’intéresse au fonctionnement exécutif et à la cognition sociale chez un sujet ayant commis des actes de violence à caractère sexuel. Les épreuves neuropsychologiques explorant ces deux dimensions ont aussi été administrées à 14 sujets témoins appariés en âge, sexe et niveau socioculturel. Les résultats relèvent un déficit des fonctions exécutives et de cognition sociale, touchant principalement les capacités d’inhibition, de flexibilité cognitive, d’attribution d’états mentaux, de description des émotions et de reconnaissance des expressions faciales émotionnelles. Notre démarche apparaît ainsi pertinente, susceptible d’apporter quelques éléments d’éclairage sémiologique sur le fonctionnement exécutif et les aptitudes sociocognitives des auteurs de violence sexuelle. Cette étude constitue également un apport original quant à l’évaluation des déficits exécutifs et sociocognitifs et leurs conséquences dans la vie quotidienne.