John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Pédiatrie

Asthme sévère de l’enfant : quelle démarche diagnostique ? Quelle place pour le traitement par anti-IgE ? Volume 20, numéro 2, Avril-Mai-Juin 2017

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteur
CHRU de Lille, Hôpital Jeanne de Flandre, Pôle de pédiatrie, Unité de pneumologie et allergologie pédiatriques, 59037 Lille cedex, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : asthme sévère, enfant, allergie, omalizumab
  • DOI : 10.1684/mtp.2017.0637
  • Page(s) : 136-46
  • Année de parution : 2017

L’asthme sévère de l’enfant est une entité aujourd’hui clairement définie. Bien que peu fréquent, il se manifeste par l’importance des manifestations, notamment les exacerbations sévères pouvant justifier une hospitalisation, retentit fortement sur la qualité de vie, et génère un coût de santé élevé. Sa prise en charge passe par une évaluation rigoureuse visant à conforter le diagnostic et à adapter la stratégie thérapeutique. Cette démarche repose sur les compétences multidisciplinaires d’un centre spécialisé. L’asthme sévère de l’enfant a des caractéristiques différentes de celui de l’adulte. L’allergie est un marqueur fort : sensibilisations précoces et multiples et/ou inhabituelles, poids des comorbidités. De nouveaux traitements émergent, comme l’omalizumab, (Xolair®) biothérapie anti-IgE disponible en France depuis 2006. L’objectif est d’abord de faire le point sur la démarche diagnostique de l’asthme sévère chez l’enfant et de rappeler ses spécificités. Les études évaluant l’omalizumab dans l’asthme allergique sévère de l’enfant et ses indications seront ensuite détaillées.