John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Pédiatrie

Allergie alimentaire : l’immunothérapie, un changement dans le paradigme du traitement Volume 20, numéro 2, Avril-Mai-Juin 2017

Auteur
60 boulevard Emile Augier 75116 Paris ; Hôpital Ambroise Paré, service de pédiatrie, consultation et hôpital de jour de pneumo-allergologie, 9 av Charles de Gaulle 92104 Boulogne cedex
* Tirés à part
  • Mots-clés : immunothérapie, allergie alimentaire
  • DOI : 10.1684/mtp.2017.0634
  • Page(s) : 129-35
  • Année de parution : 2017

Chez l’enfant présentant une allergie alimentaire persistante les expositions alimentaires accidentelles sont à l’origine d’accidents, parfois anaphylactiques. Le régime d’éviction est souvent difficile à suivre, parfois responsable de carences et il le marginalise. Le seul traitement disponible était jusqu’à récemment le régime d’éviction couplé à l’apprentissage de la gestion d’une réaction allergique idéalement dans le cadre d’une éducation thérapeutique. L’immunothérapie (IT) aux aliments modifie radicalement la prise en charge. L’IT aux aliments est possible par voie orale (ITO), plus accessoirement par voie sublinguale (ITSL), ou épicutanée (EPIT). Nous développerons principalement l’ITO qui est la plus étudiée. À ce jour, en raison du risque de réactions indésirables, y compris anaphylactique, l’ITO n’est pas recommandée dans une utilisation clinique de routine. Ces recommandations sont discutables pour les ITO au lait ou à l’œuf cuit qui sont entrés dans la pratique quotidienne des spécialistes de l’allergie alimentaire. En pratique, l’IT permet le plus souvent une augmentation du seuil de tolérance, sans guérison complète. Ceci améliore déjà considérablement la qualité de vie du patient. À côté de l’IT curative, on ne peut pas ignorer l’ITO préventive.