John Libbey Eurotext

Médecine Thérapeutique / médecine de la reproduction

Environnement, exposition fœtale et reproduction Volume 9, numéro 2, Mars-Avril 2007

Auteur
Endocrinologie et Médecine de la Reproduction, Inserm UMR 670, CHU Nice, Hôpital de L’Archet
  • Mots-clés : perturbateur endocrinien, xénoestrogène, exposition fœtale, reproduction, cancer hormono-dépendant, épigénétique, hyperméthylation de l’ADN
  • DOI : 10.1684/mte.2007.0062
  • Page(s) : 98-104
  • Année de parution : 2007

Depuis plusieurs décennies, des observations épidémiologiques animales et humaines avaient suggéré que des substances environnementales à activité estrogénique ou antiandrogénique pouvaient, en perturbant la balance androgènes/estrogènes, participer à la physiopathologie de plusieurs affections touchant, dans les deux sexes, le développement, le fonctionnement ou l’oncogenèse de l’appareil de reproduction. Se basant sur l’expérience clinique désastreuse du Distilbène ®, une hypothèse a été élaborée impliquant le rôle délétère de ces perturbateurs endocriniens lors de l’exposition fœtale in utero conduisant à une véritable programmation à distance des pathologies induites. Le développement de modèles expérimentaux récents d’exposition fœtale ou périnatale à ces perturbateurs, a permis non seulement de reproduire plusieurs de ces anomalies chez les animaux adultes mais également de constater leur pérennité dans les générations suivantes associées à des modifications épigénétiques représentant vraisemblablement une des bases moléculaires de leur transmission.