John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Médecine de la reproduction, gynécologie et endocrinologie

Les grossesses chez les femmes avec un syndrome de Turner Volume 19, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2017

Auteurs
1 Département d’endocrinologie,
diabétologie et médecine de la reproduction,
hôpital de l’Archet 2,
CHU de Nice,
151 route de Saint-Antoine de Ginestière,
CS23079, 06202 Nice Cedex 3, France
2 Inserm UMR U1065,
UNS, C3M, Bâtiment Universitaire Archimed,
151 route Saint-Antoine de Ginestière,
BP 2 3194, 06204 Nice Cedex 3, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : syndrome de Turner, grossesse, pronostic obstétrical, don d’ovocyte
  • DOI : 10.1684/mte.2017.0638
  • Page(s) : 60-7
  • Année de parution : 2017

Le syndrome de Turner (ST) constitue l’une des anomalies chromosomiques les plus fréquentes chez la femme, avec une prévalence estimée à une naissance sur 2 500. La grossesse, obtenue par don d’ovocytes ou plus rarement de manière spontanée (5 % des cas) en raison d’une extinction ovarienne, est considérée comme une grossesse à haut risque, en raison, d’une part, de la plus grande fréquence des fausses couches, et, d’autre part, des complications cardiovasculaires spécifiques à cette pathologie et menaçant le pronostic vital (dissection aortique, hypertension artérielle gravidique). Ces risques semblent particulièrement importants en cas de recours au don d’ovocytes, alors que des données récentes montrent que le risque de complications obstétricales et cardiovasculaires semble plus faible en cas de grossesse spontanée, notamment chez les femmes présentant un ST de type mosaïque. Par conséquent, il est impératif de réaliser une évaluation préconceptionnelle complète afin de dépister les éventuelles complications cardiovasculaires de ces patientes pouvant contre-indiquer la grossesse, et de surveiller leur grossesse de manière étroite, y compris dans la période du post-partum, la plus à risque de dissection aortique. Cet article présente l’ensemble des données disponibles sur le pronostic obstétrical des grossesses (spontanées et obtenues par don d’ovocytes) chez les patientes avec ST.