John Libbey Eurotext

Médecine de la Reproduction

MENU

Le déclin de l’intracytoplasmic morphologically selected sperm injection en assistance médicale à la procréation Volume 19, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2017

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteur
Service de médecine de la reproduction, hôpital Paule de Viguier, CHU Toulouse, 330 avenue de Grande-Bretagne, Toulouse, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : intracytoplasmic morphologically selected sperm injection (IMSI), vacuole, morphologie spermatique, noyau
  • DOI : 10.1684/mte.2017.0675
  • Page(s) : 248-59
  • Année de parution : 2017

L’évaluation de la morphologie des spermatozoïdes mobiles a été reconsidérée depuis 2001 avec l’avènement du motile sperm organelle morphology examination (MSOME). Cette technique d’observation, associant le contraste interférentiel de Nomarsky et un fort grossissement optique et numérique, permet de déceler des anomalies de surface, en particulier des vacuoles. Appliquée en assistance médicale à la procréation, cette analyse permet la sélection d’un spermatozoïde présentant le moins possible de vacuoles céphaliques avant l’injection dans l’ovocyte ; on parle alors d’IMSI (intracytoplasmic morphologically selected sperm injection). L’origine de ces vacuoles soulève de nombreuses questions. La plupart des données de la littérature mettent en évidence un lien entre la présence de grandes vacuoles et des défauts du matériel nucléaire (en particulier des défauts de condensation de la chromatine). Cependant, il a été montré que la plupart des vacuoles sont des éléments physiologiques du spermatozoïde humain, non associés à des anomalies du noyau ni de l’acrosome du spermatozoïde. Concernant les bénéfices cliniques de l’IMSI, les essais randomisés prospectifs sur les premières tentatives permettent de dire cette technique n’a pas sa place en première intention. Concerant son utilité après plusieurs échecs d’injection intracytoplasmique de spermatozoïde (ICSI) conventionnelle, les données sont controversées et ne permettent pas de conclure à une supériorité de l’IMSI sur l’ICSI conventionnelle. Des essais randomisés prospectifs manquent dans cette indication. Le doute persiste sur l’intérêt de l’IMSI dans les cas de tératozoospermies sévères ; certains résultats dans cette indication sont intéressants.