John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Médecine de la reproduction, gynécologie et endocrinologie

MENU

La greffe du tissu testiculaire Volume 19, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2017

Auteurs
1 Laboratoire de biologie de la reproduction, Cecos, EA 4308 « Gamétogenèse et qualité du gamète », IRIB, CHU, hôpitaux de Rouen, CHU Charles-Nicolle, université de Rouen, Rouen
2 Service d’urologie, EA 4308 « Gamétogenèse et qualité du gamète », IRIB, CHU, hôpitaux de Rouen, CHU Charles-Nicolle, université de Rouen, Rouen
3 Chirurgie infantile, CHU, hôpitaux de Rouen, CHU Charles-Nicolle, université de Rouen, Rouen
* Tirés à part
  • Mots-clés : cancer, greffe de tissu testiculaire, homme, préservation de la fertilité, transplantation de cellules germinales
  • DOI : 10.1684/mte.2017.0673
  • Page(s) : 270-8
  • Année de parution : 2017

Les traitements du cancer ont des effets indésirables, parmi lesquels la toxicité sur la gonade peut entraîner une infertilité après l’arrêt des traitements. La congélation du tissu testiculaire est proposée comme procédure de préservation de la fertilité chez le garçon prépubère, l’adolescent voire l’adulte jeune dans les situations où la congélation des spermatozoïdes n’a pas pu être effectuée. Dans le but de restaurer la fertilité des patients guéris mais devenus infertiles, plusieurs modalités d’utilisation du tissu testiculaire congelé actuellement à l’étude pourraient être envisagées pour produire des spermatozoïdes utilisables en assistance médicale à la procréation : (i) la maturation in vitro des spermatogonies (spermatogenèse in vitro), (ii) la maturation in vivo chez le patient des spermatogonies après transplantation autologue ou greffe de tissu testiculaire, et (iii) la maturation in vivo chez l’animal des spermatogonies après xénotransplantation ou xénogreffe.