John Libbey Eurotext

Médecine de la Reproduction

MENU

Impact de l’obésité, des désordres métaboliques et de la nutrition sur la fertilité des hommes Volume 22, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2020

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Service de biologie de la reproduction, Cecos, Hôpital Tenon, AP-HP, Sorbonne Université), Paris 20e, France
2 Sorbonne université, centre de recherche Saint-Antoine (CRSA) Inserm - UMR S 938, Hôpital Saint Antoine, Paris 12e, France
* Tirés à part

De nombreux facteurs concernant le mode de vie et l’environnement sont susceptibles d’agir sur la fertilité masculine en provoquant des altérations spermatiques, aussi bien en termes de quantité que de qualité. Parmi ces facteurs, le poids, l’état nutritionnel et le statut métabolique des partenaires masculins de couples infertiles seraient associés à l’infertilité. Les mécanismes impliqués sont nombreux et complexes : un dysfonctionnement hormonal, une inflammation chronique et un déséquilibre du stress oxydant sont les mieux évalués. Le poids et le mode de vie des hommes est important à prendre en compte dans le bilan d’infertilité car, dans certains cas, les impacts de l’obésité ou des désordres métaboliques peuvent être réversibles ou atténués. Ainsi, une perte de poids, un rééquilibrage alimentaire et une activité physique peuvent permettre d’améliorer les fonctions de reproduction masculine, d’obtenir des grossesses spontanées voire d’améliorer les résultats en assistance médicale à la procréation.