John Libbey Eurotext

Médecine et Santé Tropicales

MENU

Profil clinique des personnes atteintes de la tuberculose à Dschang au Cameroun : rôle des itinéraires thérapeutiques dans le retard au diagnostic Volume 28, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2018

Auteurs
1 Hôpital St-Vincent-de-Paul de Dschang, Cameroun BP 11 Dschang, Cameroun
2 Université de Dschang, Cameroun
* Correspondance
  • Mots-clés : tuberculose, profil clinique, itinéraire thérapeutique, épidémiologie, Cameroun
  • DOI : 10.1684/mst.2018.0859
  • Page(s) : 399-403
  • Année de parution : 2018

Les résultats de la lutte contre la tuberculose au Cameroun restent loin des objectifs de l’OMS pour l’éradication de cette pathologie à l’échelle mondiale. Il s’agit d’atteindre un taux d’incidence mondial inférieur à 100 cas par million d’habitants d’ici 2035. Cette étude avait pour objectif de décrire le profil sociodémographique et clinique des participants en insistant sur leur itinéraire thérapeutique afin d’identifier les potentiels facteurs pouvant expliquer le retard dans le diagnostic. Il s’agit d’une étude prospective et descriptive réalisée à l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul (HSVP) de Dschang, Cameroun, pendant une durée d’un an, sur un échantillon exhaustif de 59 personnes atteintes de la tuberculose. Les logiciels Epi Info Version 3.5.3 et Microsoft Excel 2013 ont été utilisés pour analyser les données. Les résultats de l’étude font état d’une grande représentativité du sexe masculin de l’ordre de 57,60 % contre 42,40 % pour le sexe féminin avec un sex-ratio de 1,36 en faveur des hommes. L’âge moyen des participants était de 41,87 ± 12 ans. La durée moyenne entre l’apparition des premiers symptômes et le diagnostic clinique/biologique de la tuberculose justifiant la prise en charge dans l’ensemble a été de 3,26 mois. Ce sont 38,98 %, 23,73 % et 22,03 % des participants qui ont eu recours respectivement aux vendeurs illicites de médicaments (médicaments de la rue), les centres hospitaliers et médecine traditionnelle dans leurs premiers recours aux soins. L’influence des vendeurs illicites des médicaments et des tradipraticiens dans le retard du diagnostic de l’infection identifiée ici devrait être prise en compte dans les politiques nationales de lutte contre la tuberculose au Cameroun.