John Libbey Eurotext

Médecine et Santé Tropicales

Le microbiote intestinal : un organe à part entière Volume 27, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2017

Illustrations

Cet ouvrage, fruit de la collaboration de chercheurs et de cliniciens, est une somme impressionnante de connaissances et d’interrogations. La métagénomique, qui permet de séquencer tous les génomes des micro-organismes présents dans une assemblée microbienne sans les isoler, a ouvert la voie à cette connaissance fondamentale des microbiotes, en particulier celui de l’intestin, et à cette révolution conceptuelle supposant que nombre de pathologies résultent d’un déséquilibre de la flore microbienne de notre corps. On savait déjà qu’il fallait imaginer l’organisme humain comme une communauté d’organes et de cellules agissant de façon coordonnée pour l’homéostasie de l’ensemble. Il faut désormais concevoir l’individu comme une multitude d’organismes en interaction permanente et en équilibre instable. La cancérologie avait déjà objectivé le rôle essentiel des virus dans l’oncogenèse. On se doutait que la plupart des pathologies de l’immunité résultaient de facteurs déclenchants infectieux. On présumait que des affections dites idiopathiques et pourtant très fréquentes comme la colopathie ou l’obésité n’étaient pas la conséquence de simples troubles du comportement mais qu’il pouvait exister un substratum plus concret et que lui-même pouvait interagir avec le psychisme. L’étude de ces microbiotes, de leur interaction avec nos « propres » cellules (sachant qu’elles sont en outre colonisées par des génomes viraux) est capitale notamment dans notre thématique tropicale. En effet non seulement les bactéries ont un rôle dans le parasitisme (l’exemple de Wolbachia pour l’onchocercose et les filaires lymphatiques est ainsi pertinent), mais certaines maladies ont un gradient nord-sud qui pourrait s’expliquer, au-delà du terrain génétique, par un déséquilibre du microbiote (ou dysbiose), fonction du type d’alimentation et des conditions climatiques. Enfin l’importance de la pression antibiotique désormais mondiale, joue un rôle essentiel dans cette dysbiose.