John Libbey Eurotext

Médecine et Santé Tropicales

MENU

Inventaire entomologique des phlébotomes et étude épidémiologique de la leishmaniose à Afourer, province d’Azilal, Haut-Atlas, Maroc Volume 28, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
1 Laboratoire de biotechnologie, environnement et qualité, Département de biologie, Faculté des sciences, Université Ibn Tofaïl, Kénitra, Maroc
2 Laboratoire d’entomologie médicale, Institut national d’hygiène, 27 Ibn-Batouta avenue Agdal, Rabat 10080, Maroc
3 Unité de biologie, Département des sciences de la vie et de la terre, Centre régional des métiers de l’éducation et de la formation (CRMEF), Marrakech 40090 Maroc
4 Laboratoire aliments, environnement et santé (LAES), Faculté des sciences et techniques Gueliz, Université Caddi Ayad, Marrakech, Maroc
5 Service de maladies parasitaires, Direction de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies, ministère de la Santé, Rabat
* Correspondance
  • Mots-clés : leishmaniose cutanée, Leishmania tropica, phlébotome, Maroc
  • DOI : 10.1684/mst.2018.0840
  • Page(s) : 385-9
  • Année de parution : 2018

Au Maroc, les leishmanioses représentent un problème majeur de santé publique par une importante incidence annuelle des cas et une large répartition géographique. La leishmaniose cutanée à Leishmania tropica,dont le vecteur est Phlebotomus sergenti,est endémique au centre du Maroc. Le présent travail est réparti en deux volets. Le premier volet consiste en une étude entomologique des phlébotomes, vecteurs de leishmanioses. Le deuxième volet, quant à lui, est consacré à une étude rétrospective de l’ensemble des cas de leishmanioses de la délégation provinciale de la santé d’Azilal entre 2009 et 2013. Au cours de l’étude entomologique dans le village d’Afourer, Maroc, à l’aide des pièges adhésifs et lumineux, nous avons pu relever l’existence de 6 espèces : P. sergenti (50,21 %), P. papatasi (18,45 %), P. longicuspis (17,17 %), P. perniciosus (12,02 %), S. minuta (1,93 %) et P. chabaudi (0,21 %). Le cycle annuel des phlébotomes est caractérisé par une évolution biphasique avec deux pics d’activité en mai et novembre. Ainsi, la période à risque de transmission de la leishmaniose correspond au début de l’été et la fin d’automne. L’étude épidémiologique rétrospective, à Afourer, a montré une régression de 87,7 % des cas de leishmaniose entre 2009 et 2013.