JLE

Médecine et Santé Tropicales

MENU

Facteurs de risque et pronostic des césariennes d’urgence à l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé (Cameroun) Volume 24, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2014

Auteurs
1 Faculté de médecine et des sciences biomédicales, BP 4362, Yaoundé, Cameroun
2 Institut des Sciences de la Santé, Yaoundé, Cameroun
* Correspondence

Objectif : identifier les facteurs de risque des césariennes d’urgence et évaluer les effets du contexte d’urgence sur le pronostic maternel et fœtal. Matériels et méthodes : il s’agissait d’une étude de cohorte comparant les césariennes d’urgence et les césariennes électives à l’hôpital gynéco-obstétrique de Yaoundé. Les variables socioéconomiques, les indications opératoires et les complications maternelles et néonatales ont été relevées. Résultats : l’âge inférieur à 20 ans, l’absence d’un salaire mensuel, le célibat, un niveau d’instruction non universitaire, la référence, la primiparité, le suivi prénatal dans un centre de santé ou un hôpital de district, par un personnel infirmier, et la rupture des membranes avant l’admission prédisposaient à la césarienne d’urgence. La césarienne d’urgence exposait à un risque significatif d’anesthésie générale, de non-disponibilité du bilan préopératoire en cours d’intervention et d’infection maternelle, ainsi qu’à une hospitalisation plus longue. Les enfants nés par césarienne d’urgence avaient un risque plus élevé d’hospitalisation, d’asphyxie néonatale, d’infection néonatale, de prématurité et de décès périnatal. Conclusion : le manque d’expérience reproductive, le niveau socioéconomique bas, un suivi prénatal de mauvaise qualité et la rupture des membranes avant l’admission exposent à la césarienne d’urgence dans notre environnement. Le contexte d’urgence prédispose la mère et le nouveau-né à une morbidité et à une mortalité significativement élevées.