John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique

MENU

Préparation à la transplantation rénale Volume 4, numéro 7, Août-Septembre 1998

Auteurs
  • Mots-clés : transplantation rénale, rein de cadavre, donneur vivant, cross-match.
  • Page(s) : 584-8
  • Année de parution : 1998

Presque 40 ans après le succès des deux premières transplantations rénales effectuées respectivement à Boston et à Paris entre des jumeaux non identiques, la transplantation rénale est devenue le traitement de choix de l’insuffisance rénale chronique parvenue à son stade terminal car, si elle ne modifie probablement pas significativement la survie des patients par rapport à la dialyse de suppléance, elle améliore indiscutablement leur qualité de vie [1]. Des progrès considérables ont été réalisés dans la compréhension des mécanismes du rejet et de la tolérance [2], dans l’élaboration de nouveaux traitements immunosuppresseurs (mycophénolate mofétil, tacrolimus, sirolimus, anticorps humanisés anti-IL 2R…) [3] ainsi que dans la prévention de leurs effets secondaires (infections virales, cancers…) [4]. Le problème crucial, à l’heure actuelle, demeure la pénurie relative d’organes au regard du nombre de patients en attente d’une transplantation rénale, ce qui ne manquera pas de poser à terme des problèmes complexes dans la gestion du traitement des patients en insuffisance rénale chronique parvenue au stade terminal. La préparation à la transplantation rénale est un processus relativement long qui aboutit à l’inscription sur la liste nationale d’attente gérée par l’établissement français des greffes. Il convient également d’informer les patients des délais d’attente prévisibles (en sachant qu’ils sont hétérogènes et variables en fonction du groupe sanguin) ainsi que des règles d’attribution des greffons rénaux. La qualité de l’information délivrée aux patients et l’approche multidisciplinaire de cette étape de préparation sont donc fondamentales pour leur permettre d’aborder la transplantation rénale dans les meilleures conditions.