John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique

MENU

Neuropathies périphériques et gammapathies monoclonales Volume 24, numéro 5, Septembre-Octobre 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
1 Service de médecine interne, hématologie clinique, CHU mohammed VI, Oujda, Maroc
2 Service de neurologie, CHU Mohammed VI, Oujda, Maroc
3 Service de médecine interne, diabète et maladies métaboliques, hôpitaux universitaires de Strasbourg
* Tirés à part
  • Mots-clés : neuropathie, immunoglobuline monoclonale, immunoglobuline M, myélome, Waldenström, gammapathies de signification indéterminée (MGUS)
  • DOI : 10.1684/met.2018.0728
  • Page(s) : 348-52
  • Année de parution : 2018

L’association d’une immunoglobuline (Ig) monoclonale et d’une neuropathie périphérique est une situation classique et très fréquente. On estime en effet entre 15 et 30 % la prévalence de la neuropathie périphérique au cours des gammapathies monoclonales – et vice versa –, une fréquence retrouvée aussi bien dans les gammapathies franchement pathologiques que celles à signification indéterminée (MGUS) [1-3]. Dans un travail récent de Steiner et al., sur 223 cas de MGUS, trente-six [...]