John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique

MENU

Maladie de Biermer : de la physiopathologie à la clinique Volume 18, numéro 1, Janvier-Février-Mars 2012

Auteurs
Service de Médecine Interne, CHRU de Reims, Hôpital Robert Debré, 51100 Reims, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpital Civil – Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, 1 porte de l’Hôpital, 67091 Strasbourg Cedex, France

La maladie de Biermer (anciennement dénommée anémie pernicieuse) est une gastrite atrophique auto-immune, à prédominance fundique, responsable d’une carence en vitamine B12 (cobalamine) par malabsorption de cette dernière. Elle est caractérisée par la présence d’anticorps anti-facteur intrinsèque. Ces dernières années, elle a connu un renouveau en ce qui concerne la pathogénie. Sa prévalence est de 0,1 % dans la population générale et de 1,9 % chez les sujets de plus de 60 ans. Elle représente 50 % des étiologies des carences en vitamine B12 de l’adulte. De par son polymorphisme et le spectre de ses manifestations cliniques, la maladie de Biermer est une grande simulatrice. Son diagnostic se doit donc d’être évoqué et envisagé de principe devant tous tableaux neurologiques et hématologiques ne faisant pas la preuve de leur origine. Son traitement repose sur l’administration de vitamine B12 parentérale mais d’autres voies d’administration sont encours d’étude comme la voie orale. Dans cette mise au point, nous aborderons ces différents aspects en mettant l’accent sur les données d’intérêt pour le clinicien.