John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique

MENU

Chirurgie cardiaque peu invasive Volume 3, numéro 2, Février 1997

Auteur
Service de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire (Pr I. Gandjbakhch), Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, 83, boulevard de l’Hôpital, 75651 Paris cedex 13, France.
  • Mots-clés : vidéo-chirurgie, chirurgie cardiaque, chirurgie valvulaire, pontage coronaire, thoracoscopie, péricardites, sympathectomie.
  • Page(s) : 131-9
  • Année de parution : 1997

Apparues depuis plusieurs années dans de nombreuses spécialités, les techniques de chirurgie peu invasive et de vidéo-chirurgie ont vu leurs indications augmenter du fait du bénéfice fonctionnel qu’elles apportent [1, 2]. En chirurgie cardiaque, l’émergence récente de techniques chirurgicales avec ouverture thoracique minimale et/ou sans circulation extracorporelle et vidéo-assistance offre de nouvelles possibilités thérapeutiques pour un certain nombre de pathologies. Différents moyens tentent actuellement à rendre la chirurgie moins agressive et permettent d’espérer une récupération fonctionnelle postopératoire rapide. L’expression de chirurgie cardiaque peu invasive regroupe les interventions par vidéo-chirurgie, les gestes se faisant par une ouverture thoracique minimale, vidéo-assistés ou non, les interventions se pratiquant par sternotomie ou par thoracotomie menée de façon conventionnelle mais sans circulation extracorporelle. Ainsi, l’utilisation de la vidéo-chirurgie dans le diagnostic et le traitement des épanchements péricardiques fait actuellement ses preuves [3]. En cardiologie pédiatrique, l’intérêt de la technique a été confirmé par l’expérience de Laborde et al. [4] sur la ligature vidéoscopique du canal artériel. D’autres applications en sont encore au stade de l’évaluation, comme les sympathectomies thoraciques pour traiter de l’angor rebelle au traitement médical et ne pouvant être revascularisé, et la mise en place d’électrodes épicardiques de pacemaker ou de défibrillateurs. Surtout, depuis environ deux ans, l’intérêt expérimental et clinique en chirurgie coronaire et valvulaire peu invasive va croissant.