Accueil > Revues > Médecine > Médecine > Texte intégral de l'article
 
      Recherche avancée    Panier    English version 
 
Nouveautés
Catalogue/Recherche
Collections
Toutes les revues
Médecine
Médecine
- Numéro en cours
- Index thématique
- Archives
- S'abonner
- Commander un       numéro
- Plus d'infos
Biologie et recherche
Santé publique
Agronomie et Biotech.
Mon compte
Mot de passe oublié ?
Activer mon compte
S'abonner
Licences IP
- Mode d'emploi
- Demande de devis
- Contrat de licence
Commander un numéro
Articles à la carte
Newsletters
Publier chez JLE
Revues
Ouvrages
Espace annonceurs
Droits étrangers
Diffuseurs



 

Texte intégral de l'article
 
  Version imprimable
  Version PDF

Les élèves « dys » au collège


Médecine. Volume 8, Numéro 2, 88-91, Février 2012, Vie professionnelle

DOI : 10.1684/med.2012.0802

Résumé   Summary  

Auteur(s) : Éric Guillot , Principal du Collège « Les Servizières » (69330) Meyzieu .

Résumé : Dans ma fonction de Principal de collège, j'ai constaté des situations d'élèves en souffrance scolaire due en partie aux troubles « dys », troubles spécifiques et durables du langage, des performances verbales, des problèmes de repérage dans l'espace, pour n'en citer que quelques-unes (dyslexie, dyspraxie, dyscalculie, dysphasie, dysorthographie, etc.). Environ 10 à 15 % d'enfants sont concernés dans la population scolaire, dont 1 % relèveraient du handicap1. Il ne faut pas sous-estimer qu'un certain nombre d'entre eux éprouve un mal-être et une souffrance scolaire dont l'origine est souvent difficile à identifier sans un diagnostic approfondi : chaque situation est particulière ; autant de « dys », autant de réponses individualisées. Une vigilance sur toute la complexité, la diversité des situations particulières s'impose et une nécessité de suivi individuel en découle : l'écoute et le regard bienveillants de tous les acteurs sont à privilégier.

Mots-clés : dyslexie

ARTICLE

Dans le domaine complexe que sont les problématiques « dys », une démarche partenariale entre les professionnels de la santé et de l'éducation, des associations, des familles, est indispensable pour mutualiser les connaissances respectives, apporter les réponses les plus adaptées, chacun dans son champ de compétences, aux souffrances des enfants. Celles-ci se présentent sous différentes formes comme des problèmes relationnels, un manque de concentration, une perturbation des apprentissages, une agitation qui peut devenir un problème comportemental important. Si les souffrances visibles peuvent être source de stigmatisation, il ne faut pas négliger les souffrances silencieuses susceptibles de conduire à l'isolement, au sentiment d'infériorité par rapport aux autres ou celui d'être dévalorisé par les adultes qui les ont en responsabilité, la perte de confiance, une estime de soi dégradée, un désintérêt pour le travail scolaire. Toutes ces situations peuvent être à l'origine d'un risque d'absentéisme voire d'un décrochage scolaire inquiétants : actuellement sur l'Académie de Lyon, 11 147 élèves sont en situation de handicap dont 17,5 % sont sujets à des troubles du langage et de la parole. Que ce soit dans le 1er et 2nd degré, 70 % des élèves concernés sont scolarisés en classe ordinaire. Il paraît important de souligner l'évolution considérable du système éducatif quant au suivi des élèves à besoins éducatifs particuliers, notamment les « dys », plus spécifiquement depuis la loi du 11 février 2005.

La situation de souffrance des élèves « dys » dans le cadre scolaire

Le regard des autres peut notamment être vécu comme stigmatisant : celui de leurs camarades ou de leurs professeurs. La dévalorisation de sa propre image et un sentiment de rejet et d'humiliation peuvent entraîner les élèves concernés à un échec scolaire pénalisant leur devenir.

Il est souvent difficile de repérer un élève « dys » qui utilise des stratégies de contournement pour répondre à l'exigence scolaire, d'où la nécessité d'être attentif à chaque situation. Selon les formes de « dys », le repérage n'est pas identique. Ces « dysfonctionnements » risquent d'être confondus avec d'autres problèmes qu'ils ont parfois générés eux-mêmes, à savoir : un manque de travail ou de motivation, un relationnel difficile avec les autres. De plus, les problèmes « dys » sont souvent associés à d'autres troubles. J'ai pu constater dans l'établissement que je dirige actuellement, le collège « Les Servizières » à Meyzieu, des enfants « dys » qui cumulent une hyperactivité, des troubles attentionnels ou une précocité. Cela démontre la complexité pour l'ensemble des acteurs de l'Éducation nationale, personnel de direction, médecin scolaire, enseignants, etc., de détecter des signaux alors que la recherche scientifique débat encore sur les causes de ces troubles.

Au sein du collège, nous avons relevé qu'un certain nombre d'enfants présentent des problèmes de lecture et d'écriture, traduits par des problèmes de mémorisation, de compréhension des énoncés ou des consignes, de rédaction, des difficultés de lecture d'un texte simple qui n'a pas été oralisé, une lecture hachée, hésitante, accompagnée de confusions sur les sons ; très souvent, les écrits de ces élèves sont incomplets, les fautes d'orthographes conséquentes, des mots transformés, les lettres et les syllabes inversées, avec le constat qu'écrire peut devenir une véritable torture. D'autres présentent des difficultés de repérage dans l'espace qui ont été à l'origine du dépistage : ainsi, en cours de mathématiques, le professeur a pu constater une mauvaise lecture des tableaux, des graphiques, des difficultés dans les constructions géométriques (beaucoup n'arrivent pas à tracer une perpendiculaire).

Certains d'entre eux, en raison de ces troubles, avaient été repérés en amont à l'école élémentaire par les professeurs, d'autres l'ont été dans le second degré et le diagnostic d'une « dys » a été réalisé par un orthophoniste. Ces élèves ont été l'objet d'une attention particulière à leur entrée au collège ou dès leur détection : ils ont bénéficié d'une prise en charge globale.

Ces troubles « dys » ont parfois été associés à un déficit attentionnel, une difficulté de concentration : l'élève ne peut effectuer deux tâches en même temps, il est dans l'impossibilité, par exemple, d'écouter une consigne orale en parallèle à une tâche en cours. La gestion du cahier de texte est aussi source de confusion et ajoute une difficulté qui nuit au suivi scolaire de l'enfant par la famille.

Ce sont tous ces signaux d'alerte qui nous ont interrogés sur une éventuelle « dys » pour les élèves concernés. Il faut souligner que les professionnels de l'éducation sont de plus en plus attentifs à ces situations et aux réponses qu'ils peuvent apporter aux besoins spécifiques des élèves. Ils mettent en oeuvre des remédiations : par une diversification pédagogique et un regard positif. Des progrès restent encore à faire en tissant davantage de liens entre le système éducatif, la médecine et les psychologues.

Il est important de rappeler qu'un élève « dys » n'est pas moins « intelligent » qu'un autre mais est sujet à une particularité.

Quelle politique d'établissement en faveur des élèves « dys » ?

Actuellement en poste au collège « Les Servizières » à Meyzieu, j'ai impulsé une politique d'établissement qui se veut à la fois spécifique et partenariale. Nous souhaitons répondre à des missions d'exigences pédagogique et éducative en sachant que si l'enfant, le préadolescent ou l'adolescent qui entre au collège devient un élève, il reste une personne dans toutes ses dimensions. En conséquence, nous souhaitons promouvoir un enseignement qui tienne compte de tous les aspects de sa personne et une approche globale de ses difficultés. Cette politique interne vise à harmoniser l'acte pédagogique, l'implication éducative et la santé de l'élève.

Le chef d'établissement, représentant de l'État au sein de l'Établissement public local d'enseignement, a pour mission à ce titre d'appliquer les directives nationale et académique, de respecter la loi, dont celle du 11 février 2005 concernant les élèves handicapés. Il a la responsabilité d'engager une politique d'établissement volontariste conformément aux textes officiels et il joue un rôle prépondérant dans la mise en oeuvre de la politique « éducative à l'égard des élèves à besoins éducatifs particuliers, notamment en « conciliant l'école pour tous et la réussite de chacun, en s'assurant que chaque élève, quel que soit son parcours, dispose d'un corpus commun de connaissances et de valeurs à la fin de la scolarité obligatoire... ». L'une des priorités pour répondre à cette volonté est élaborée dans le cadre de « la personnalisation des parcours des élèves ».

Nous avons mis en oeuvre cette politique en collaboration avec l'ensemble des équipes éducatives et nous avons organisé des dispositifs pour aider à la réussite de tous les élèves. C'est notre rôle de faciliter l'adaptation des enfants aux apprentissages et, en ce sens, nous privilégions la personnalisation du parcours des élèves en organisant des dispositifs adaptés à chacun. Ce choix a été inscrit non seulement dans les finalités du projet d'établissement mais également dans les trois priorités du Contrat d'Objectifs du collège (évalué institutionnellement).

De par mon expérience professionnelle, et principalement dans les fonctions à responsabilités qui m'ont été confiées, j'ai rencontré des élèves en souffrance scolaire en raison de leur particularité. Devant ce constat et en réponse aux objectifs académiques j'ai toujours eu le souci, au sein des établissements que j'ai dirigés, d'une politique dynamique en faveur des élèves à besoins éducatifs particuliers dont les élèves « dys » et cela afin d'éviter le décrochage scolaire. Cette politique s'est traduite par des formations à destination des personnels et aussi par la mise en place de procédures internes pour accompagner les élèves « dys » et les aider à surmonter leurs difficultés.

Formation des personnels et aménagements pour les élèves « dys »

Pour atteindre ces objectifs, les équipes pédagogiques du collège ont bénéficié d'une formation organisée par les services académiques de la DAFOP sur les problématiques des « Dys » et les réponses possibles à apporter aux différentes situations particulières. Le collège fait une distinction entre les enfants qui relèvent du champ du handicap, donc de la compétence de la MDPH, et ceux qui souffrent d'une « Dys » moins sévère. Dans les deux situations, des dispositifs adaptés sont mis en place dans l'établissement :

­ Pour ceux qui relèvent champ du handicap, l'enseignant référent de la MDPH, responsable de l'équipe de suivi et de scolarisation, joue un rôle central dans la mise en oeuvre des Projets Personnalisés de Scolarisation prévus par la loi : il reste le correspondant privilégié des divers acteurs. Dans ce cadre, les élèves concernés peuvent être accompagnés en classe par un(e) assistant(e) de scolarisation qui favorise leur mise en confiance, les aides à développer leurs capacités d'autonomie, de communication et d'expression, et/ou d'un matériel pédagogique adapté. Pour chacune des situations, une information est donnée à la classe afin de faciliter l'intégration des élèves « dys » et d'éviter aux autres d'avoir le sentiment que certains seraient « privilégiés » par des conditions qui seraient mal comprises.

­ Pour ceux qui ont des « Dys » moins sévères, les élèves bénéficient d'aménagements pédagogiques mis en place par les équipes éducatives.

Les dispositifs internes au collège, comportent, en fin d'année scolaire, une harmonisation entre les professeurs du collège et les professeurs des écoles élémentaires de secteur pour échanger sur les besoins individuels de chaque élève de CM2.

À chaque rentrée scolaire, les équipes pédagogiques sont informées, par un document spécifique dans leur dossier de rentrée, de la présence d'enfants « Dys » dans les classes de 6e dont elles sont responsables (avec l'autorisation des parents). Pour mieux connaître les particularités des enfants, les professeurs prennent aussi connaissance du dossier scolaire des élèves et d'une fiche passerelle qui a été conçue avec les écoles élémentaires afin d'assurer le lien pédagogique avec le collège.

À la rentrée, pour reconnaître dès les premiers jours les besoins des élèves nouveaux arrivants au collège, les équipes pédagogiques s'appuient sur un protocole général provisoire remis dans leur dossier de rentrée qui présente quelques aménagements essentiels : oraliser les consignes, donner la photocopie du déroulement du cours en classe, ne pas pénaliser les fautes d'orthographe d'usage, privilégier les contrôles réguliers à l'oral, accorder un tiers-temps supplémentaire en contrôle ou réduire celui-ci à l'écrit, favoriser les QCM, des dictées aménagées à choix multiples ou à « trous », etc. Chaque enfant concerné bénéficie d'une équipe éducative organisée en interne par le collège dès les premières semaines voire les premiers jours de la rentrée scolaire.

Cette organisation interne permet d'attendre que le médecin scolaire rencontre les familles et l'enfant et donne un avis pour que l'élève soit éventuellement dirigé auprès de la MDPH. Dans ce cas, celle-ci peut être amenée à reconnaître une forme de handicap et notifie un certain nombre d'éléments que nous traduisons dans un Projet Personnalisé de Scolarisation.

Pour les enfants qui relèvent de la MDPH, les équipes éducatives sont convoquées au complet, sous la présidence du principal et/ou son adjoint, avec le médecin scolaire, l'infirmière, les professeurs, les parents, l'enfant, les partenaires extérieurs tels orthophonistes, ergothérapeutes, etc. : le professeur référent a la responsabilité, lors d'une telle réunion, de faire aboutir les données recueillies et les avis de tous vers l'adaptation du travail de chaque élève considéré en formalisant les consignes dans un protocole particulier adapté à sa situation. La volonté du collège est de sécuriser l'élève, et ses parents, d'impliquer chaque professeur dans la connaissance et la reconnaissance de sa souffrance quant aux apprentissages en respectant le protocole particulier mis en place.

Ces équipes éducatives sont aussi organisées pour le renouvellement des protocoles existants si la situation d'un élève a évolué.

Par ailleurs, tous les enfants « dys » ont été répartis sur l'ensemble des classes selon leur niveau scolaire pour une scolarité facilitée et pour éviter une stigmatisation blessante et/ou une marginalisation.

Les nouvelles technologies au service des élèves

Les nouvelles technologies très présentes au collège, grâce aux dotations du Conseil général du Rhône, contribuent efficacement à l'adaptation aux besoins des élèves et favorisent leur réussite. L'équipement informatique constitue un apport supplémentaire en faveur de l'adaptation des élèves « dys » aux apprentissages : trois salles sont équipées d'un tableau numérique, dont une complétée d'ordinateurs portables. Ces nouveaux supports pédagogiques permettent la présentation par l'enseignant d'un travail aéré, plus accessible pour tous les élèves. Ils favorisent l'interactivité et leur motivation. Dans ce contexte, les élèves « dys » se trouvent dans une meilleure posture pour écouter, comprendre, suivre le travail au même rythme que leurs camarades et, en les utilisant eux-mêmes, acquérir des habiletés nouvelles et développer leur autonomie.

Chaque professeur est équipé dans sa classe d'un ordinateur qui lui permet de saisir de façon instantanée le cahier de texte numérique en précisant les devoirs, les leçons, ou autres consignes, et d'y ajouter le déroulé du cours, mais aussi les résultats scolaires des enfants et le livret des compétences. Ces nouvelles technologies offrent ainsi la possibilité aux familles de se connecter sur un logiciel à leur domicile, soit depuis un lieu public pour avoir accès à toutes les informations nécessaires au suivi de leur enfant.

Conclusion

Si certains parents recherchent, pour leur enfant, une forme de reconnaissance dans le champ du handicap afin que leur scolarité soit aménagée, d'autres ne l'acceptent pas car cela leur semble stigmatisant. Peut-être faut-il s'interroger sur la notion de handicap qui est associée à ces troubles et qui peut paraître compliquée à gérer pour certaines familles, d'autant plus que le système éducatif développe une politique de scolarisation et non plus une politique de « prise en charge ». En effet, tous les élèves relevant du handicap, tous ceux « dys », doivent avoir accès à une scolarisation comme tous les autres élèves, acquérir les savoirs fondamentaux par des adaptations des programmes scolaires en vigueur.

Au collège « Les Servizières », plus de trente élèves « Dys », dont 4 relevant de la MDPH, bénéficient d'un suivi individualisé : ils sont considérés comme des élèves ordinaires et font l'objet d'une bienveillance respectueuse des professeurs sans réduire les exigences scolaires. Notre souci reste celui de leur bien être et de leur réussite scolaire par la facilitation de leurs apprentissages.

À ce jour, l'ensemble des élèves qui ont été accompagnés dans ce cadre depuis deux années sont en réussite scolaire (8 % des élèves du collège « Les Servizières » sur un effectif de 388). Ils ont des capacités intellectuelles équivalentes à celles des autres élèves. Les dispositifs mis en place ont évité leur décrochage. Ils viennent au collège avec plaisir et sans appréhension.

Dans ce contexte, si l'on se positionne à l'échelle de l'histoire, il est aisé de comprendre que les connaissances dans le domaine des « dys », leur appropriation par les professionnels de la santé et par le système éducatif sont relativement récentes. En effet, les premiers documents de l'Organisation mondiale de la Santé remontent aux années 1990/1995, et les recommandations de l'ANAES datent de 2001. La prise en compte par les médecins généralistes ou spécialistes de ces types de problèmes et le lien nécessaire avec les établissements scolaires, selon les recommandations nationales et académiques, s'organisent de manière progressive dans les réponses pédagogiques apportées aux élèves.

Aujourd'hui, un regard pluriel s'avère nécessaire entre le médical et le système éducatif pour aider à éclairer les réponses pédagogiques et éducatives face à ces formes de difficultés et de souffrances.

 

Résumé

­ Les souffrances de ces enfants se présentent sous différentes formes. Visibles, elles peuvent être source de stigmatisation ; silencieuses, il ne faut pas les négliger. Il peut s'agir de problèmes de lecture et d'écriture, de difficultés de repérage dans l'espace, de déficit attentionnel, tous signaux d'alerte qui doivent interroger pour mettre en oeuvre les remédiations nécessaires : un élève « dys » n'est pas moins « intelligent » qu'un autre mais seulement sujet à une particularité qu'il est possible de surmonter en adaptant les programmes scolaires. Un regard pluriel, médical et éducatif, est indispensable.

 

Notes :

  1. Focus mai 2011 : Service prospective et statistique de l'Académie de Lyon.
  2. APEDYS Rhône pour la dyslexie, Avenir Dysphasie Rhône pour la dysphasie, 1,2,3 Dys pour la dyspraxie.
  3. DAFOP : Délégation Académique à la FOrmation des Personnels.
  4. Maison Départementale des Personnes Handicapées.


 

Qui sommes-nous ? - Contactez-nous - Conditions d'utilisation - Paiement sécurisé
Actualités - Les congrès
Copyright © 2007 John Libbey Eurotext - Tous droits réservés
[ Informations légales - Powered by Dolomède ]