Accueil > Revues > Médecine > Hépato-Gastro > Résumé de l'article
 
      Recherche avancée    Panier    English version 
 
Nouveautés
Catalogue/Recherche
Collections
Toutes les revues
Médecine
Hépato-Gastro
- Numéro en cours
- Archives
- S'abonner
- Commander un       numéro
- Plus d'infos
Biologie et recherche
Santé publique
Agronomie et Biotech.
Mon compte
Mot de passe oublié ?
Activer mon compte
S'abonner
Licences IP
- Mode d'emploi
- Demande de devis
- Contrat de licence
Commander un numéro
Articles à la carte
Newsletters
Publier chez JLE
Revues
Ouvrages
Espace annonceurs
Droits étrangers
Diffuseurs



 

Texte intégral de l'article
 
Version imprimable

La linite : une forme particulière de cancer gastrique


Hépato-Gastro. Volume 7, Numéro 4, 263-7, Juillet -Août 2000, Mini-revues

Article gratuit  

Auteur(s) : Michel Ducreux, Valérie Boige, Julien Taieb, Emmanuel Mitry, Philippe Rougier

Résumé : La linite gastrique est une forme très particulière de cancer gastrique. Son diagnostic reposait jusque-là essentiellement sur des arguments morphologiques de prise en masse de l’estomac par une tumeur infiltrante avec histologie compatible : stroma fibreux et présence de cellules en bague à chaton. Le diagnostic est maintenant facilité par l’échoendoscopie qui met en évidence un épaississement de la paroi gastrique aux dépens de la sous-muqueuse. L’échoendoscopie a permis de préciser le concept de linite localisée qui était jusque-là exceptionnel et évoqué après diagnostic fortuit de tumeur. Par rapport à l’adénocarcinome gastrique dans sa forme habituelle, il apparaît que la linite n’a en commun que la localisation à l’estomac. L’épidémiologie de la linite gastrique est spécifique avec une moyenne d’âge de survenue nettement inférieure. Sa physiopathologie est inconnue mais ne semble pas impliquer Helicobacter pylori. Son mode d’extension se distingue également des autres cancers de l’estomac avec une grande fréquence de l’atteinte péritonéale et des ovaires alors que le foie est plus rarement touché. Son pronostic est plus mauvais que celui de l’adénocarcinome gastrique habituel. Malgré de fréquentes extensions vers l’œsophage, le duodénum, la gastrectomie totale reste le traitement de référence lorsqu’il n’y a pas d’extension métastatique. Aucun traitement adjuvant n’a fait la preuve d’une quelconque efficacité après résection complète. En cas de métastases, il a été constaté que cette tumeur était peu chimiosensible. Peu d’essais précisent cependant spécifiquement le taux de réponses au sein du sous-groupe des linites gastriques. Dans une expérience unicentrique, la chimiothérapie par perfusion continue de 5FU + épi-adriamycine + cisplatine (protocole ECF) s’est révélée plutôt moins toxique et plus efficace que les protocoles standard type 5FU + cisplatine.

Mots-clés : linite, cancer gastrique.

 

Qui sommes-nous ? - Contactez-nous - Conditions d'utilisation - Paiement sécurisé
Actualités - Les congrès
Copyright © 2007 John Libbey Eurotext - Tous droits réservés
[ Informations légales - Powered by Dolomède ]