John Libbey Eurotext

Médecine

Vaccination contre la grippe : « factuel » ou « marketing » ? Volume 9, numéro 6, Juin 2013

« Point de vue » personnel d’un interniste de la Johns Hopkins University School of Medicine, avec une argumentation solide : le vaccin pourrait être moins bénéfique et moins sûr qu’il n’est habituellement avancé et le danger grippal paraît bien exagéré…

P. Doshi développe notamment 3 points dans le BMJ et le JAMA intern Med : 1) la grippe « vaccinable » est loin d’être un problème de santé publique au milieu d’une multitude de « syndromes grippaux » dont un très faible pourcentage est dû au virus influenza. 2) Si l’objectif annoncé depuis plus de 50 ans est de réduire le taux de complications graves et de décès, particulièrement chez les personnes âgées, les données sont toujours aussi incertaines à la fois sur ce point précis et sur l’efficacité à long terme. 3) Il n’est pas davantage démontré que la vaccination des professionnels de santé réduise le risque de propagation de la grippe, notamment chez les personnes âgées vulnérables, la dernière revue Cochrane montrant contre toute logique que le vaccin semble réduire le nombre de décès toutes causes, mais pas de ceux dus à la grippe, probablement du fait de nombreux biais dans les études… Après discussion des effets adverses constatés récemment après vaccination (convulsions fébriles chez de jeunes enfants australiens, narcolepsie en Finlande et Suède, risque accru de grippe lors de la pandémie 2009 chez les vaccinés canadiens de 2008…), les «bonnes nouvelles » sont que les tragédies sont rares et que des mesures simples comme le lavage de mains et le port de masques chirurgicaux réduisent significativement la prévalence des maladies respiratoires. La vaccination massivement recommandée ne serait-elle que la conséquence d’une « maladie construite » (disease mongering) par les fournisseurs de vaccins ?

1. Doshi P. Influenza: marketing vaccine by marketing disease. BMJ. 2013;346:f3037.
2. Doshi P. Influenza Vaccines. Time for a Rethink. JAMA intern Med. 2013; doi:10.1001/jamainternmed.2013.490.

Que retenir pour la pratique ?
• Le reproche fait aux pouvoirs publics de « recommander » la vaccination massive n’est pas limité aux USA : « nous sommes tous à risque » dit le CDC américain et le vaccin sauve des vies, sur la foi d’études observationnelles qui feraient de ce vaccin le plus efficace de tous ! Doshi insiste : c’est trop beau pour être vrai et il semble impossible que ce vaccin puisse prévenir 50 % de la mortalité toutes causes alors que la grippe elle-même n’est responsable que de 5 % des décès hivernaux…
• Toujours selon Doshi, la plupart des essais randomisés montrant l’efficacité du vaccin ont été faits chez des adultes en bonne santé, l’une des dernières revues systématiques montrant qu’il faut vacciner entre 33 et 100 personnes pour éviter un cas de grippe ; ces résultats ne peuvent être extrapolés à d’autres populations, notamment plus exposées à des complications. La question de la vaccination mérite d’être posée sous un angle plus factuel que celui du scepticisme des professionnels ou de la non-compliance des patients…

Mots clés : Grippe humaine ; Vaccination [Influenza, Human; Vaccination]