John Libbey Eurotext

Médecine

L’épidémiologie des maladies à prévention vaccinale en 2016 Article à paraître

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
Auteur
Santé publique France, Unité infections respiratoires et vaccinations, 12 rue du Val d’Osne 94 415 Saint-Maurice cedex
* Tirés à part
  • Mots-clés : vaccination, surveillance épidémiologique, France, couverture vaccinale
  • DOI : 10.1684/med.2017.178

La surveillance épidémiologique permet d’évaluer l’impact d’une politique vaccinale en termes de réduction de l’incidence des maladies cibles et d’atteinte des objectifs de contrôle de ces maladies. La situation en France est, à cet égard, contrastée. Certaines maladies (diphtérie, tétanos, poliomyélite, méningites à Haemophilus influenzae b du nourrisson) ont été totalement ou presque totalement éliminées grâce à une couverture vaccinale très élevée. Pour d’autres pathologies (rougeole, infections invasives à méningocoque C, hépatite B), l’insuffisance de la couverture vaccinale induit la persistance d’un fardeau épidémiologique qui devrait être considéré comme inacceptable, dans la mesure où il est très facilement évitable. Enfin, pour d’autres maladies (coqueluche, grippe, méningites à pneumocoque du nourrisson), un meilleur contrôle de ces maladies nécessiterait la disponibilité de vaccins plus efficaces, ce qui n’empêche pas de veiller à une couverture vaccinale optimale avec les vaccins actuels.