John Libbey Eurotext

Médecine

La médecine générale au défi de la démocratie en santé Article à paraître

Tableaux

Auteur
Laboratoire Éducations et Pratiques de santé (LEPS EA3412)
Département Universitaire de Médecine Générale
UFR Santé, Médecine, Biologie Humaine
Université Paris 13
74, rue Marcel Cachin
93017 Bobigny cedex
* Tirés à part
  • Mots-clés : communication en santé, qualité des soins de santé, partage de l’information, éducation en santé
  • DOI : 10.1684/med.2017.263

L’engagement des patients comme acteurs de santé est un phénomène mondial et protéiforme. Il est fondé sur le principe selon lequel il participe de l’amélioration de la qualité des soins. Le DUMG de Paris 13 a recours à vingt patients qui disposent d’un statut d’enseignants vacataires et ils y enseignent en binôme avec des médecins dans 90 % des enseignements. La médecine générale s’est trouvée être au sein de l’université, un acteur essentiel dans le développement de la responsabilité sociale de l’université et dans la mise en œuvre de nouvelles pratiques inspirées des principes de la démocratie en santé. De même, en ville, elle développe des nouvelles pratiques favorisant la mise en œuvre d’une démocratie en santé, jusque-là pensée pour l’hôpital. La médecine générale s’impose donc, dans le cadre de la formation médicale et en ville, comme le fer de lance d’une nouvelle forme de la démocratie en santé.