JLE

Médecine

MENU

L'usage du placebo est-il recommandable ? Volume 4, numéro 10, Décembre 2008

Auteur

L'enquête américaine faite auprès de 1200 internistes et rhumatologues confirme en tout cas qu'ils sont largement utilisés...

Il s'agissait d'une enquête par mail ; 679 médecins sur les 1200 sollicités (57 %) ont répondu.

La moitié affirmaient prescrire régulièrement des placebos, et 62 % estimaient cette pratique éthique. Durant l'année passée, 1 à 2 sur 10 utilisaient des comprimés de sel ou de sucre, la plupart des analgésiques en vente libre ou des vitamines, mais pour quelques-uns des antibiotiques (13 %) et des sédatifs (13 %). En outre, les médecins qui prescrivaient des placebos les décrivaient généralement aux patients comme des médicaments « potentiellement efficaces » ou des traitements atypiques de la maladie (68 %), rarement explicitement comme des placebos (18,5 %). En quelque sorte, la prescription de placebo manque de transparence et repose parfois sur des arguments pour le moins litigieux...

Miller G, Tilburt JC, Emanuel EJ, Kaptchuk TJ, Curlin FA, Miller FG. Prescribing "placebo treatments": results of national survey of US internists and rheumatologists. BMJ 2008;337;a1938.

Commentaires de la rédaction

* Il s'agit d'une simple enquête déclarative, avec les limites de ce type d'étude. On ne peut donc en déduire les pratiques réelles anglo-saxonnes, mais on aimerait avoir des données analogues en francophonie. On peut supposer a prioriqu'elles ne seraient pas très différentes...

* Il est difficile, faute de données complémentaires, de comprendre pourquoi antibiotiques et sédatifs ont été considérés par ces médecins comme des « placebos » malgré le risque d'effets secondaires non négligeables.

* La question de la transparence et de la qualité de la relation médecin-patient est bien au centre du sujet. On voit que la situation est loin d'être claire sur ce point...