John Libbey Eurotext

Médecine

MENU

Contraception et tabac : que choisir ? Volume 15, numéro 7, Septembre 2019

Tableaux

Auteurs
Université Jean Monnet, Faculté de médecine Jacques Lisfranc, Département de Médecine Générale, Campus santé innovations, 42270 Saint-Priest-en-Jarez
* Correspondance
  • Mots-clés : contraception, tabagisme, médecine générale
  • DOI : 10.1684/med.2019.459
  • Page(s) : 300-5
  • Année de parution : 2019

La contraception orale estroprogestative (COEP) et le tabagisme sont individuellement associés à un risque accru d’événements cardiovasculaires. Selon la HAS (Haute Autorité de Santé), l’association COEP et tabagisme de plus de quinze cigarettes par jour chez les femmes âgées de plus de 35 ans, devrait être évitée. Cet article analyse les représentations du tabagisme et ses influences sur le choix contraceptif de femmes fumeuses. Le désir d’appartenir à un groupe et de transgresser l’interdit familial, parents fumeurs ou non, incitait à fumer la première cigarette. La poursuite du tabagisme était attachée au plaisir qu’il procurait, dépendance ressentie ou pas et à la convivialité entre fumeurs. Les effets délétères financiers ou sur la santé étaient connus. Ils motivaient parfois le sevrage tabagique. La perception d’un risque cardiovasculaire ou thromboembolique lié à l’association tabagisme et COEP, guidait parfois le choix contraceptif : contraception progestative, méthode non hormonale médicalisée ou pas. Il reposait souvent sur le prescripteur, pas toujours informé du tabagisme. Les professionnels de santé devraient proposer régulièrement une aide au sevrage tabagique.