John Libbey Eurotext

Médecine

Actualités du BCG chez l’enfant Volume 13, numéro 3, Mars 2017

Auteur
Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis
Hôpital Jean Verdier
service de pédiatrie
93140 Bondy ; Université Paris XIII
* Tirés à part
  • Mots-clés : vaccin BCG, vaccins antituberculeux, miliaire tuberculeuse, efficacité du vaccin
  • DOI : 10.1684/med.2017.176
  • Page(s) : 128-31
  • Année de parution : 2017

Le BCG prévient chez l’enfant 75 % des formes graves de tuberculose (méningites, miliaires) et de l’ordre de 50 % de l’ensemble des formes. Cette protection est avant tout individuelle et est d’autant plus importante que l’enfant est plus jeune. Les recommandations vaccinales dépendent de l’évaluation du rapport bénéfices/risques du BCG et de l’incidence de la tuberculose. L’OMS recommande la vaccination systématique par voie intradermique de tous les enfants au premier contact dans les pays de haute endémicité. L’évolution de l’épidémiologie de la tuberculose en France a permis de suspendre l’obligation vaccinale en 2007 et de passer à une vaccination ciblée sur les enfants à risque d’être exposés au bacille tuberculeux. La couverture vaccinale a baissé depuis la mise en œuvre de cette mesure, particulièrement chez les enfants à risque hors Ile-de-France. Entre 2000 et 2012, le taux de déclaration de tuberculose maladie est resté stable chez les enfants de moins de 5 ans, alors qu’il a continué à baisser dans toutes les autres tranches d’âge. Les méningites tuberculeuses restent très rares chez les enfants de moins de 6 ans, et le passage à la vaccination ciblée n’a pas entraîné d’augmentation significative du nombre de cas.