John Libbey Eurotext

Journal de Pharmacie Clinique

Réactions cutanées d’intolérance lors d’injections d’héparine de bas poids moléculaire et d’héparine non fractionnée Le fondaparinux est-il une bonne alternative ? Volume 36, numéro 1, Mars 2017

Auteurs
Service de pharmacie, Centre Hospitalier de Beauvais, Beauvais, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : héparines, hypersensibilité, oncologie médicale
  • DOI : 10.1684/jpc.2016.0344
  • Page(s) : 49-52
  • Année de parution : 2017

Un patient âgé de 61 ans, hospitalisé au Centre Hospitalier de Beauvais dans le cadre de la prise en charge d’un adénocarcinome métastasé n’ayant jamais reçu d’héparine préalablement, a présenté successivement des placards inflammatoires aux points d’injections sous-cutanées d’énoxaparine, de tinzaparine puis d’héparine calcique. Suspectant une réaction paranéoplasique cutanée, une injection sous-cutanée de chlorure de sodium a été réalisée en tant que contrôle négatif et n’a provoqué aucune réaction. Les injections sous-cutanées de sérum physiologique et les injections intraveineuses d’héparine sodique n’ont provoqué aucune réaction locale ni systémique. Si la première injection sous-cutanée de fondaparinux a entraîné une faible réaction cutanée au niveau du site d’injection, les administrations suivantes sont parfaitement tolérées. Le patient n’a jamais reçu d’héparine auparavant. Le fondaparinux sodique semble être une alternative efficace en cas de mauvaise tolérance aux héparines. Les éléments observés sont cohérents avec les données de tolérance publiées sur le fondaparinux qui indiquent que le fondaparinux est une héparine de bas poids moléculaire qui présente peu de réactions cutanées d’intolérance croisées avec les autres héparines.