John Libbey Eurotext

Journal de Pharmacie Clinique

Anticoagulants chez les patients fragiles. Sept situations à risque Volume 36, numéro 4, Décembre 2017

Auteurs
1 Service d’hématologie, Hôpital Tenon, Paris, France
2 Service de gériatrie, Hôpital Broca, Paris, France
3 Service ICAR, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France
4 Service de néphrologie, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : insuffisance rénale chronique, malnutrition, insuffisance pondérale, chutes, troubles cognitifs, polymédications, cancer, grossesse, allaitement
  • DOI : 10.1684/jpc.2017.0369
  • Page(s) : 205-13
  • Année de parution : 2017

En cardiologie et en médecine vasculaire, les médecins sont de plus en plus confrontés aux difficultés de la gestion des évènements thromboemboliques veineux (ETEV) et de leur traitement prescrits aux patients fragiles. En effet, ces patients pourraient présenter au moins une de ces situations à risque : insuffisance rénale chronique (IRC), insuffisance pondérale ou malnutrition, chutes, troubles cognitifs, polymédication, cancer et grossesse. Les recommandations proposent généralement de recourir à des anticoagulants dans le traitement ou la prophylaxie des ETEV. Ainsi, il est nécessaire de prendre en charge ces patients fragiles lors de l’utilisation des anticoagulants, en tenant compte du risque thrombotique et du risque de saignement, mais également du suivi, de l’observance et de la polymédication. L’objectif de cette revue est d’étudier les risques et la gestion des anticoagulants chez ces patients fragiles.