JLE

Journal de Pharmacie Clinique

MENU

Analyse d’un événement indésirable médicamenteux survenu chez un patient pharmacodépendant : point sur les risques d’interactions médicamenteuses liées à l’action des cytochromes Volume 24, numéro 3, juillet-août-septembre 2005

Auteurs
Antenne pharmaceutique, Prisons de Lyon, Centre hospitalier Lyon Sud, Service médicopsychologique régional, Prisons de Lyon, Centre hospitalier spécialisé Le Vinatier, Lyon, Service de médecine pénitentiaire, Centre hospitalier Lyon Sud, Service de pharmacie, Centre hospitalier Lyon Sud

Nous rapportons le cas d’un détenu se plaignant de sensations ébrieuses et d’une perte de vigilance suite à la prise concomitante de 20 mg/j d’ésoméprazole (Inexium ®), de 100 mg/j de diclofénac (Voltarène ®), de 50 mg/j de clorazépate (Tranxène ®) et de 60 mg/j de méthadone. Afin d’établir l’origine de la survenue de cet événement indésirable, une revue des caractéristiques pharmacodynamiques, pharmacocinétiques et pharmacogénétiques des médicaments impliqués a été effectuée. Au regard de l’historique médicamenteux, des signes cliniques décrits par le patient et de l’analyse de la littérature, les équipes médicales et l’équipe pharmaceutique ont envisagé cinq hypothèses à l’origine de cet événement indésirable médicamenteux : 1) le patient est « métaboliseur lent » par déficit en cytochromes P450 (CYP) 2C19 ce qui a conduit au surdosage en clorazépate ; 2) le patient est « métaboliseur lent » pour le CYP2D6 ce qui est à l’origine d’un surdosage en méthadone ; 3) interaction médicamenteuse liée à la variation du pH gastrique induite par l’ésoméprazole avec modification de l’absorption de la méthadone ; 4) interaction médicamenteuse avec implication du diclofénac métabolisé par CYP2C9 ; 5) interaction médicamenteuse avec surdosage en clorazépate : a) interaction clorazépate-méthadone avec implication des CYP3A4 et 2D6 ; b) interaction clorazépate-ésoméprazole, ce dernier est inhibiteur des CYP2C19. En conclusion, c’est la dernière hypothèse qui est apparue la plus probable et qui a fait l’objet de discussions dans le cadre de la réunion de concertation médico-pharmaceutique pour une meilleure prise en charge du patient et plus généralement, des patients pharmacodépendants.