John Libbey Eurotext

Innovations & Thérapeutiques en Oncologie

MENU

Place actuelle et à venir de l’immunothérapie dans le cancer bronchique non à petites cellules métastatique Volume 4, numéro 4, Juillet-Août 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteur
Centre Oscar Lambret
3, rue Frédéric Combemale
BP 307 - 59020 Lille Cedex
France
* Tirés à part
  • Mots-clés : immunothérapie, cancer bronchique non à petites cellules métastatique, anti-PD-1, anti-PD-L1, immunotoxicité
  • DOI : 10.1684/ito.2018.0130
  • Page(s) : 189-96
  • Année de parution : 2018

La prise en charge des cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC) métastatiques a été bouleversée par l’identification de certaines mutations oncogéniques dites additives (EGFR, ALK, ROS1, BRAF, etc.) tant leurs inhibitions spécifiques permettent d’obtenir des bénéfices significatifs en termes de réponses, de survie et de qualité de vie. L’émergence plus récente des inhibiteurs des points de contrôle immunitaire représente également une avancée thérapeutique majeure. Ces traitements (anti-PD-1, anti-PD-L1, anti-CTLA-4), regroupés sous l’appellation générale d’immunothérapie, bouleversent les algorithmes thérapeutiques des CBNPC métastatiques. L’immunothérapie est devenue un standard thérapeutique de deuxième ligne et une recommandation de première ligne pour les tumeurs surexprimant fortement le ligand PD-L1. L’immunothérapie ouvre aussi des perspectives intéressantes en termes de combinaison ou d’association avec la chimiothérapie. Cette revue aborde les principaux résultats cliniques de l’immunothérapie dans les CBNPC métastatiques, sa toxicité et ses voies de développement.