John Libbey Eurotext

Innovations & Thérapeutiques en Oncologie

Le chien de compagnie, chaînon manquant dans le développement de médicaments contre le cancer pour l’homme Volume 3, numéro 5-6, Septembre-Décembre 2017

Auteurs
OCR (Oncovet Clinical Research)
Parc Eurasanté
80, rue du Dr-Yersin
59120 Loos
France
* Tirés à part
  • Mots-clés : canin, cancer, recherche médicale translationnelle, évaluation des médicaments
  • DOI : 10.1684/ito.2017.0100
  • Page(s) : 257-62
  • Année de parution : 2017

Les études précliniques sur les animaux font partie intégrante de la recherche sur le cancer depuis très longtemps. Que ce soit pour élargir nos connaissances sur les processus biologiques fondamentaux ou participer au développement de nouveaux outils diagnostiques et thérapeutiques contre le cancer, les expériences in vivo ont mené à des découvertes importantes et orienté les progrès de l’oncologie moderne. Cependant, les activités de recherche préclinique de la dernière décennie portent à questionnement les objectifs et la pertinence de l’utilisation des animaux de laboratoire dans le développement de médicaments contre le cancer, surtout si l’on considère le taux peu élevé de 6,7 % des candidats-médicaments en oncologie atteignant l’autorisation de mise sur le marché. À cet égard, des études cliniques sur des chiens de compagnie présentant des tumeurs spontanées représentent une approche translationnelle alternative applicable en complément du modèle murin. Comme les pathologies cancéreuses canines présentent de fortes similitudes moléculaires et cliniques avec les pathologies humaines, les résultats d’études cliniques sur « patients chiens » en oncologie comparée peuvent aider à optimiser le design d’un essai clinique sur l’homme, notamment pour la dose initiale, le schéma thérapeutique, l’efficacité, les effets indésirables éventuels, ou encore la mise en évidence de biomarqueurs. Dans cette revue, nous présentons les avantages et les limites du modèle canin et discutons des perspectives pour les chiens de compagnie dans la recherche comparative sur le cancer.