John Libbey Eurotext

Innovations & Thérapeutiques en Oncologie

Éditorial Volume 2, numéro 5, Septembre-Octobre 2016

Il est toujours intéressant pour les rédacteurs d’une revue de dialoguer avec ses lecteurs. On peut se faire ainsi une idée de la satisfaction du lectorat, de ses critiques, et surtout de ses attentes.

Il est ainsi apparu une demande réitérée, celle d’inclure davantage de synthèses sur des sujets de pointe. Ces synthèses sont certes longues à rédiger, elles sont rapidement périmées (n’est-ce pas le sort de toute revue générale sur un sujet en pleine évolution ? Surtout quand on veut se focaliser sur l’innovation…) mais elles sont nécessaires. Elles représentent un instantané de l’état des connaissances à un moment donné et ont une valeur heuristique : les questions non résolues peuvent inciter le lecteur à chercher le moyen d’apporter des réponses originales lorsqu’il dispose de modèles expérimentaux ou de cohortes de patients qui précisément entrent dans le champ d’investigation de la revue générale.

Il existe précisément un vivier d’articles de synthèse sur les sujets les plus variés de l’immense domaine de l’oncologie, articles ayant eu leur pleine actualité il y a quelques années, devenus non pas obsolètes mais incomplets au regard de l’évolution rapide de la recherche. Ces articles de synthèse, disséminés dans la littérature, devenus parfois d’accès difficile, méritent une reprise, parfois une refonte, mais peuvent servir de base à une rediffusion pour peu que les auteurs originaux se livrent à un brush up indispensable. S’appuyant sur cette demande, nous avons décidé de reprendre des articles de synthèse qui nous avaient passionnés il y a quelques années, en demandant aux auteurs de faire cette actualisation indispensable. Dans ce numéro d’ITO, deux « passerelles translationnelles » ont été ainsi incluses, faisant le point l’une sur la protéine mTOR et son rôle dans l’oncogenèse (p. 233-44), l’autre sur la lymphangiogenèse (p. 245-50), petite sœur mal connue de l’angiogenèse artérielle et veineuse, mais importante en oncologie.

Bien sûr, le lecteur trouvera dans ce numéro les rubriques habituelles, en particulier le billet d’UNICANCER (p. 220-4) ; il trouvera également la suite indispensable des recommandations du Groupe francophone de cytogénomique oncologique, dédiée à l’ADN tumoral circulant (p. 225-32), et dans le cadre de l’organisation, l’émergence du nouveau métier de « planificateur », à l’interface entre les cliniciens qui incluent les patients dans les essais thérapeutiques et les assistants de recherche clinique qui tiennent à jour les données des patients (p. 251-6).

Nous attendons de nos lecteurs des retours, des commentaires, des suggestions, des critiques également afin de nous améliorer et de nous ouvrir encore plus à leurs préoccupations sur l’évolution de l’oncologie. En attendant ces retours, bonne lecture à tous !

Remerciements et autres mentions

Financement : aucun.

Liens d’intérêts : les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en rapport avec l’article.