John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

Une lecture de La Fin des coupables de Pierre-Henri Castel : anthropologie morale comparée de la psychanalyse et des thérapies cognitivo-comportementales Volume 90, numéro 8, Octobre 2014

Auteur
Interne en psychiatrie, Centre hospitalier Le Vinatier, 95, boulevard Pinel, 69500 Bron. Université Claude-Bernard Lyon 1, 43, boulevard du 11-novembre-1918, 69622 Villeurbanne, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : trouble obsessionnel-compulsif, névrose obsessionnelle, psychanalyse, thérapies cognitivo-comportementales, anthropologie morale, épistémologie de la psychiatrie
  • DOI : 10.1684/ipe.2014.1254
  • Page(s) : 683-90
  • Année de parution : 2014

La Fin des coupables, de P.-H. Castel, est une étude épistémologique et historique consacrée à la transformation de la névrose obsessionnelle en trouble obsessionnel-compulsif au cours du xxe siècle. L’auteur y développe une analyse détaillée du contexte anthropologique de la conceptualisation de cette pathologie et de ses traitements. Le passage de la psychanalyse aux thérapies cognitivo-comportementales (TCC) serait ainsi lié à une mutation de l’univers moral et social, qui concerne en particulier la nature de l’autonomie individuelle. Cet article a pour objectif de questionner le rôle de la psychanalyse dans un monde où celle-ci a perdu son statut dominant, mais aussi de souligner la conjonction paradoxale entre les prétentions scientifiques des TCC et leur irréductible enracinement moral. Enfin, il montre en quoi l’approche anthropologique des psychothérapies offre une alternative rationnelle à la conception naturaliste des maladies mentales.