John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

MENU

Sur quelques mauvais jeux de mots : classifications psychiatriques et stigmatisation Volume 87, numéro 3, Mars 2011

Auteurs
Directrice de recherche, Inserm U988, Centre de Recherche Médecine, Sciences, Santé, Santé Mentale et Société (CERMES 3), Chargé de recherches, CNRS UMR 8211, CERMES 3, Doctorant en sociologie, Université Paris Descartes et CERMES 3, Maître de conférences en sociologie, Université de Paris 8 et CERMES 3
  • Mots-clés : CIM, évolution, stigmatisation, pathologie psychiatrique
  • DOI : 10.1684/ipe.2011.0750
  • Page(s) : 175-83
  • Année de parution : 2011

Dans le processus de révision de la CIM-10, les propositions de modification de termes classificatoires peuvent être justifiées par des arguments portant sur leurs effets stigmatisant. Cela invite à interroger la relation entre catégories scientifiques et stigmatisation. Pour éclairer cette question, cet article présente le modèle classique de Goffman et les résultats récents d’enquêtes d’opinion s’en inspirant sur les attitudes envers les personnes souffrant de troubles mentaux. Il s’intéresse ensuite à l’usage des classifications dans les pratiques diagnostiques. Dans un dernier temps, en s’appuyant sur la sociolinguistique et sur le concept de boucle classificatoire de Hacking, l’article suggère comment une modification des catégories psychiatriques pourrait affecter la stigmatisation.