John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

MENU

Santé mentale en population générale : images et réalités à Tahiti Volume 98, numéro 7, Août-Septembre 2022

Auteurs
1 Centre hospitalier universitaire, service de psychiatrie, CHU de Fort- de-France, BP 632, 97261 Martinique
2 Centre de prévention du suicide et association SOS Suicide, BP 130 2899, 08 717 Punaauia, Tahiti, Polynésie française
3 Inserm U1018 Moods, CESP, Université Paris Saclay, Paris, France
4 Maison des Sciences de l’Homme-Pacifique (MSH-P, UPF), Tahiti, Polynésie française
5 Inserm UMR 1123, ECEVE, Paris, France
6 Centre collaborateur de l’OMS, EPSM Lille Métropole, Lille, France
7 Centre hospitalier de Polynésie française (CHPF), Tahiti, Polynésie française
8 Université de Polynésie française (UPF), Tahiti, Polynésie française
9 Direction de la santé publique, Tahiti, Polynésie française
10 Centre hospitalier spécialisé (CHS), Nouméa, Nouvelle Calédonie
11 Centre hospitalier universitaire, service d’addictologie, CHU de Fort-de-France, Martinique
12 CHU Amiens, France
Correspondance : S. Amadéo

L’enquête sur la santé mentale dans la population générale (SMPG) a été menée en Polynésie française entre 2015 et 2017. Elle décrit la prévalence des troubles mentaux majeurs et du risque suicidaire chez les adultes dans la population générale de la Polynésie française. L’échantillon (968 personnes âgées de 18 ans et plus) a été bâti sur la méthode des quotas. Les diagnostics psychiatriques et le risque suicidaire ont été évalués à l’aide du questionnaire MINI (CIM-10). Les prévalences des troubles mentaux (42,8 %), des idées de suicide actuelles (13,4 %) et des tentatives de suicide actuelles (2,6 %) et sur la vie entière (18,6 %) sont élevées en Polynésie française. La forte prévalence du risque suicidaire et des troubles mentaux dans la population générale de la Polynésie française doit conduire à un plan de prévention du suicide et de santé mentale et à des recherches supplémentaires identifiant les facteurs culturels de risque.