John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

MENU

Les troubles graves de la personnalité : « gravité » psychiatrique, juridique ou sociale ? Volume 87, numéro 6, Juin-Juillet 2011

Auteurs
Praticien hospitalier, centre hospitalier Robert-Ballanger, service de psychiatrie B, boulevard Robert-Ballanger, 93602 Aulnay-sous-Bois Cedex, France, Praticien hospitalier, chef de pôle, centre hospitalier Robert-Ballanger, service de psychiatrie B, boulevard Robert-Ballanger, 93602 Aulnay-sous-Bois Cedex, France

Les auteurs s’interrogent sur la catégorie « nosographique » de « troubles graves de la personnalité » mentionnée par les autorités gouvernementales dans des lois sécuritaires sans qu’elle soit bien définie par les psychiatres. En effet, cette catégorie n’apparaît ni dans les classifications actuelles CIM-10 ou DSM-IV, ni dans les manuels de psychiatrie. À partir de quel moment un trouble de la personnalité devient grave ? Qu’est-ce que le mot « grave » signifie en psychiatrie ? Est-il superposable à la « gravité » des lois sécuritaires ? L’analyse des références dans la littérature scientifique sur ce sujet révèle de nombreux controverses et paradoxes. L’ambiguïté du terme « grave » et les incertitudes de la nosographie psychiatrique actuelle laissent la possibilité de confusions entre le domaine psychiatrique et le juridique.