JLE

L'Information Psychiatrique

MENU

Les conséquences de la dépathologisation des identifications de genre trans’ Volume 87, numéro 4, Avril 2011

Auteur
Professeur de sociologie Université de Bordeaux, Bordeaux Segalen, Bordeaux, F-33076, France ; CNRS, UMR 5116 Centre Émile-Durkheim, Pessac, F-33607, France

Le manque d’évidence scientifique, les transformations des normes et des rapports de genre et le développement du droit anti-discriminations conduisent à ne plus considérer les identifications de genre trans’ comme une pathologie mentale, tout comme ce fut le cas pour l’homosexualité. Il demeure cependant des enjeux de bien-être et de santé mentale spécifiques aux parcours trans’ qui justifient le maintien dans la CIM et la prise en charge médicale de certaines modifications corporelles et de certaines souffrances psychiques comme la dépression.