John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

La dangerosité, problème central dans la confrontation des modèles intégratifs et ségrégatifs des soins entre prison et hôpital Volume 88, numéro 8, Octobre 2012

Auteurs
Psychiatre au SMPR de Nantes, quartier Maison d’arrêt, rue de la Mainguais, 44300 44000 Nantes, France, Professeur de psychiatrie à l’université de Poitiers, SHUPPM, CH Laborit, BP 587, 86021 Poitiers cedex, France, Professeur de psychiatrie à l’université de Besançon, Psychiatrie, CHU Saint-Jacques, 25030 Besançon, France
  • Mots-clés : dangerosité, pathologie psychiatrique, psychiatrie, criminologie, prison, prise en charge
  • DOI : 10.1684/ipe.2012.0969
  • Page(s) : 631-40
  • Année de parution : 2012

Le modèle intégratif français d’articulation Santé-Justice, issu de l’ouverture de la psychiatrie aux différents champs de la société, apporte de nombreuses ressources aux disciplines qu’il met en relation. Il permet de plus une prise en charge globale et humaine des personnes atteintes de troubles psychiques placées sous main de Justice, et favorise ainsi leur réinsertion dans la société. À l’heure d’un système néolibéral centré sur l’individualisme et l’insécurité, cette organisation est exposée à des risques d’instrumentalisation par les gouvernants, qui tentent de reprendre un contrôle direct sur la sécurité publique. On observe en ce sens un nouvel essor de la notion de «  dangerosité », associé à un double mouvement de judiciarisation des malades mentaux et de «  traitement » de tous les autres qui permet d’utiliser la psychiatrie comme un outil sécuritaire supplémentaire, celle-ci étant alors confondue avec la criminologie. Le modèle intégratif semble ainsi évoluer progressivement vers une organisation ségrégative de «  Défense Sociale », constituée de filières de prise en charge différenciées répondant mieux à ces nouvelles préoccupations politiques.