John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

MENU

Épigénétique et autisme. Entre inné et acquis : un espace de convergence Volume 90, numéro 9, Novembre 2014

Auteurs
1 Centre hospitalier régional et universitaire de Lille, Équipe de recherche REPPER : EPS Erasme, 143, avenue Armand-Guillebaud, 92161 Antony, France.
Service de psychiatrie infantojuvénile, clinique de psychiatrie : Centre hospitalier régional et universitaire, Lille, France
2 EPS-Erasme, Antony, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : autisme infantile, trouble envahissant du développement, étiologie, pédopsychiatrie, facteur de risque, inné-acquis
  • DOI : 10.1684/ipe.2014.1262
  • Page(s) : 753-9
  • Année de parution : 2014

La description et la mise en évidence des facteurs étiologiques influençant l’émergence d’une pathologie autistique chez les enfants ont fait et font l’objet de nombreux débats au sein de la communauté scientifique. Les controverses apparaissent parfois particulièrement violentes du fait de l’articulation entre le registre étiopathogénique et le champ des prises en charge thérapeutiques. Le point d’organisation des différents facteurs étiologiques mis en évidence s’est situé jusqu’à ce jour dans le registre de l’articulation entre l’inné et l’acquis. Les facteurs génétiques ont fréquemment été situés du côté de l’inné alors que les différents facteurs environnementaux et relationnels situés, eux, du côté de l’acquis. Les découvertes récentes dans le domaine de l’épigénétique concourent à modifier sensiblement ces points de vue et nous offre la possibilité de penser différemment l’articulation entre les données génétiques et relationnelles. Ces découvertes récentes confirment toute l’importance de situer le modèle étiopathogénique du processus autistique dans le registre d’un modèle de compréhension complexe polyfactoriel et intégratif. Les données décrites dans le domaine de l’épigénétique ouvrent alors de nouvelles voies de compréhension quant au processus thérapeutique porté par les équipes de pédopsychiatrie et tendent à réaffirmer toute l’importance d’un projet de soin multidisciplinaire et pluri-focal en pédopsychiatrie.