John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

Au-delà de la loi du 11 février 2005… Les « pairs-aidants »… Comment faire d’une « fragilité » un atout pour mieux rebondir Volume 84, numéro 10, Décembre 2008

Auteur
1 « Ceiism, un monde qui bouge ! » (Ceiism = collectif pour l’échange, l’information et l’innovation en matière de santé mentale). Usagère des services de « santé psychique », collaborateur bénévole au Centre collaborateur de l’OMS (Lille, France), professeur des écoles spécialisée en déficience intellectuelle et troubles psychologiques associés
  • Mots-clés : pair-aidant, recovery, résilience, empowerment, fragilité, don, adaptabilité, expertise d’expérience, écoute, accompagnement
  • DOI : 10.1684/ipe.2008.0411
  • Page(s) : 913-21
  • Année de parution : 2008

Les « fous » peuvent-ils apporter quelque chose à la société ? Si la loi du 11 février 2005 entérine la notion du handicap comme un désavantage à compenser, il me semble que nous devons maintenant aller plus loin en reconnaissant la plus-value que peuvent apporter les personnes en situation de handicap à travers leur expérience intrinsèque du chemin à parcourir vers le rétablissement. De nombreuses expériences de « pair-aidance » et de « pair-émulation », inspirées d’expériences américaines, commencent à se développer en France ; elles tendent à prouver l’extraordinaire contribution que peuvent apporter les usagers ou ex-usagers des services de soins en position de « pair-aidant ». Cet apport n’a aucunement vocation à se substituer à celui des professionnels, mais nous revendiquons son originalité et sa spécificité. Si j’avais à retenir un seul mot de mon expérience en tant qu’usagère des services de « santé psychique », ce serait le mot RENCONTRE…